La ville d'Oran, au nord-ouest de l'Algérie, a été endeuillée par un horrible féminicide dimanche 10 mai. Un homme a froidement assassiné sa jeune épouse dans leur domicile conjugal, situé dans le quartier Salam. Le meurtrier a porté plusieurs coups de tournevis à sa femme et mère de son enfant, indique le journal arabophone Ennahar.

Selon la même source, la victime, âgée de 34 ans, était sage-femme de profession et maman d’une nouveau-née. Elle se serait mariée avec son meurtrier il y a à peine, une année. Avisées, les forces de l'ordre sont rapidement intervenues et ont procédé à l'arrestation de l'auteur de crime. Ce dernier a été transféré vers le commissariat de la ville pour y être interrogé. La police a ouvert une enquête pour élucider les raisons de ce crime odieux.

Les féminicides connaissent une hausse terrible

Selon la militante et activiste féministe Narimene Mouaci, qui se charge de recenser et collecter les informations sur les féminicides en Algérie, 16 crimes de ce genre ont été enregistrés depuis le début de l’année. Elle précise que ce n’est pas un chiffre officiel, mais une estimation basée uniquement sur les cas médiatisés.

Depuis le début du confinement et l’arrivée du mois de Ramadan, de nombreux crimes ont été recensés. Aux meurtres commis avec sang-froid, féminicides et infanticides s’ajoutent des violences de toutes natures.

À lire aussi :  Disparition de la jeune Sihem dans le Gard : Enlèvement et séquestration ?

Au début du mois, la localité de Sabra, dans la wilaya de Tlemcen, à l’ouest de l’Algérie, a été ébranlée par un féminicide des plus odieux. Un père de famille a usé de son fusil de chasse afin de tuer sa propre femme. L’assassin a également blessé son fils avant de se suicider. L’homme, âgé d’une soixantaine d’années, aurait délibérément ouvert le feu sur sa femme. Son fils a échappé de justesse à une mort certaine.

Le mois dernier, un autre homme, âgé d'une trentaine d'années, a assassiné sa femme à Tipaza, à l’ouest d’Alger. Le meurtrier s'est saisi d'une arme blanche et a asséné plusieurs coups à la mère de ses enfants. Après coup, il s'est rendu au commissariat de la ville pour avouer son forfait.

A Relizane, une maman a succombé aux violents coups de couteau que lui a portés son propre fils. L’assassin, âgé de 25 ans, serait atteint de troubles psychiatriques.