27 850 Marocains sont bloqués dans différents pays du monde depuis la fermeture des frontières en raison de la propagation du coronavirus. Deux mois plus tard, l'Etat marocain refuse toujours de les rapatrier, selon le média marocain Le Desk, qui a repris une information de l'agence d'information espagnole (EFE).

Des Marocains sont bloqués dans de nombreux pays du monde, notamment en Ukraine, au Sénégal, en République dominicaine, en Turquie, aux Etats-Unis et en Espagne. Selon l'agence EFE, certaines ambassades marocaines ont apporté leur aide à certains ressortissants vulnérables, notamment en matière de logement et de repas.

Certains ressortissants marocains ont même reçu de l'argent de certains ambassades, mais cela n'a pas atténué leur frustration et, pour certains, leur colère. D'ailleurs, certains Marocains ont appelé à des manifestations devant les ambassades dans différentes capitales. Ceux qui ont osé braver le confinement à Paris ont été verbalisés et ont dû payer la fameuse amende de 135 euros.

Ils ont même créé des groupes de discussion sur WhatsApp et Facebook et diffusé une vidéo sur YouTube pour dénoncer le refus de Mohamed VI de les rapatrier. Particulièrement après son entière collaboration avec les autres pays qui ont récupéré leurs citoyens bloqués au Maroc.

En fait, Mohamed VI a pris cette mesure radicale pour ne pas prendre le risque d'augmenter le nombre de cas de contamination au Covid-19. Au point de devenir une "exception mondiale", puisque tous les pays du monde ont rapatrié leurs ressortissants, y compris les pays voisins, comme l'Algérie, la Tunisie, l'Egypte ou le Liban.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Ce qui a frustré le plus les Marocains de l'étranger, c'est le rapatriement "discret" de 84 500 touristes étrangers, dont 29 000 Français, et ce, à bord de 532 vols. Ils ne veulent plus se taire devant cette situation devenue infernale pour eux. D'où leur mouvement sur des réseaux sociaux, comme Facebook et WhatsApp.

Lire aussi : Coronavirus au Maroc : Mohammed VI interdit le rapatriement des corps