Le port du masque de protection sanitaire par les commerçants sera « obligatoire » à partir du dimanche prochain. Cette mesure concerne tous les commerçants, employeurs et employés à travers le territoire national, c’est ce qu’a annoncé ce jeudi 14 mai, le ministre du Commerce, Kamel Rezig, lors de sa visite à Oran, dans l’ouest de l’Algérie.

Le ministre a informé que tout commerçant contrevenant risque une sanction de fermeture de son commerce. « Nous avons instruit le directeur du commerce de la wilaya d’Oran de consacrer la journée de samedi prochain à la sensibilisation sur l'obligation du port du masque, en vigueur à partir de dimanche prochain pour tous les commerçants, employeurs et employés », a-t-il annoncé. Et d’ajouter « qu'une sanction de fermeture d’un mois pour tout manquement à cette mesure ». Kamel Rezig a averti « le commerçant doit choisir entre le port du masque de protection ou la fermeture ».

Par ailleurs, lors de cette visite, le ministre de commerce a honoré cinq agents de contrôle. Il s’agit de cinq inspecteurs principaux de contrôle, qui ont été agressés lors l’exercice de leurs fonctions par des commerçants. Les agresseurs sont poursuivis en justice, a révélé le ministre.

Vers l’obligation de port du masque au grand public

A noter que plusieurs wilayas du pays, dont Constantine, Alger et Oran ont imposé déjà cette mesure. De grosses amendes ont été annoncées contre les contrevenants.

À lire aussi :  Emmaüs Toulouse : Bons plans pour les étudiants en France

Les autorités sanitaires algériennes n'ont pas exclu de faire obligation du port du masque au grand public. « Si la propagation de l'épidémie du nouveau coronavirus persiste, et que la situation n'est pas sous contrôle, » a prévenu ce jeudi le ministre de la Santé lors d'une visite de travail à Tipasa.

Abderahmane Benbouzid a déclaré qu’il est possible que la commission de suivi de l'évolution de la pandémie recommande aux autorités « l'obligation du port du masque, par la force de la loi ». Mais, il reconnait qu’il faudrait d’abord faire en sorte « qu'il y ait disponibilité de bavettes en quantité suffisante », estimant les besoins de l'Algérie de « près de 10 millions de bavettes par jour ».

Lire aussi : Coronavirus: « Le déconfinement est possible en Algérie… à une condition »