Les forces de police autrichiennes ont procédé, samedi 23 mai, à l’arrestation d’un ressortissant algérien dans la commune de Vogau, district de Leibnitz. Le prévenu faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités algériennes suite à un homicide commis en Algérie, rapporte le quotidien local Meinbezirk.  

Selon la même source, le jeune Algérien, âgé de 26 ans, est soupçonné d'avoir commis un meurtre dans son pays d'origine. Le mis en cause a été interpellé dans la matinée de samedi en compagnie d’un compatriote, âgé de 23 ans. Des policiers en patrouille ont contrôlé les deux hommes sur une autoroute de Spielfeld. Ils n'avaient sur eux aucun document d'identité. Ils assuraient qu’ils étaient demandeurs d’asile.

Les deux jeunes Algériens ont été, ensuite, conduits au poste de police où ils ont subi un interrogatoire. Après investigations, les deux hommes ont été identifiés. Il s'est également avéré que le jeune homme de 26 ans faisait l’objet d’un mandat d'arrêt international pour homicide en Algérie.

Sur consultation du procureur, l'Algérien a été arrêté et transféré à la prison de Jakomini. La procédure de son expulsion vers l’Algérie sera entamée dès que la situation sanitaire le permettra.

Un Algérien arrêté en France 18 ans après un viol sur mineur

Par ailleurs, un Franco-algérien a été arrêté en mars dernier, en France, et conduit en prison. Motif : une affaire de viol sur mineur qui remonte à 2001 et dont le jugement a été prononcé sans sa présence.

À lire aussi :  Lyon : Deux Algériens interpellés après la chute d'une adolescente du 3e étage

Les faits remontent au 12 août 2001. Le Franco-algérien, 19 ans à l’époque, avait violé avec un autre individu une adolescente de 14 ans, qui avait fui son domicile familial.

L’affaire est rapidement parvenue à la justice française. Après enquête, la Cour d’appel d’Orléans a cité les accusés à comparaître "pour viol sur mineur". Néanmoins, le jour programmé pour leur comparution, à savoir le 24 mars 2002, l’Algérien, Abderazek, n’était plus en France. Il était reparti vivre en Algérie, son pays d’origine.

Le tribunal avait prononcé une peine de dix ans de prison ferme contre l’Algérien. Un mandat d’arrêt a été également émis à son encontre.

Lire aussi : Recherché depuis 2017, un Franco-algérien arrêté au Maroc