Un jeune étudiant algérien a trouvé la mort dans des circonstances mystérieuses à Paris, en France. Son décès serait survenu dans la nuit du 31 mai au 1er juin. Le corps sans vie de l'Algérien, originaire de Bejaïa (Kabylie), a été découvert dans la journée de lundi dans l'appartement qu'il partageait avec un colocataire.

Son village d'origine, à savoir Sidi Yahia, dans la commune de Chemini, est sous le choc. L'étudiant, dénommé Ghiles DJ. et âgé de 22 ans, s'était installé récemment à Paris. Il était inscrit à la faculté des lettres de la Sorbonne.

Il serait probablement mort dans la nuit du 31 mai. Cela dit, les circonstances entourant son décès sont pour le moment floues. Les services de sécurité parisiens ont enclenché une enquête pour élucider cette affaire. Selon le site Bejaïa News, qui a rapporté l'information ce mardi 2 juin, la thèse d'une mort causée par le coronavirus serait écartée.

Rapatriement de la dépouille : Une cagnotte de solidarité a rassemblé 5 400 euros

En attendant l'aboutissement de l'enquête, la wilaya de Bejaïa prépare le rapatriement de la dépouille du jeune étudiant. Une quête a été lancée dans les quelques heures qui ont suivi la nouvelle de la mort de l'enfant de Sidi Yahia.

C'est un jeune du village, établi lui aussi à Paris, qui a initié cette cagnotte de solidarité en ligne. Quelques heures seulement après son lancement, la somme nécessaire au rapatriement du corps a été réunie.

« L’objectif de la cagnotte est atteint moins de 24 heures après son lancement. Nous avons enregistré un grand élan de solidarité des gens de son village, de Chemini et de la communauté estudiantine établie en France. Nous en sommes à 5 400 euros, dépassant largement les 4 000 fixés initialement comme objectif », se félicite l’initiateur de la cagnotte, Yacine Ouzani, cité par le même site.

Lire aussi : France : Mort tragique d’un jeune Algérien, noyé dans le canal de Saint-Denis