Les services de sécurité de la wilaya de Biskra, dans le sud de l’Algérie, ont arrêté deux individus en possession de grandes sommes en devises non déclarées. Les deux prévenus ont été interpellés à bord d’un véhicule où étaient soigneusement dissimilées des liasses de billets d’une valeur de 54 000 euros et 154 millions de centimes. Les sommes en devises auraient été destinées au marché noir.  

Selon la même source, la saisie a été effectuée lors d’un contrôle de routine au niveau d'un barrage de police à l’entrée de la ville de Biskra. Lors de la fouille de la voiture, de marque Hyundai, de grosses sommes en devises ont été découvertes. Elles étaient dissimulées sous les sièges arrière du véhicule.

Lors de cette opération, un montant de 54 000 euros ainsi 154 millions de centimes ont été récupérés. Le dossier de l’affaire a été transféré à la brigade économique et financière de la police judiciaire de la Sûreté de wilaya. Les deux individus sont poursuivis pour "possession illégale de sommes d’argent en devises et en monnaie nationale en vue de les écouler sur le marché noir".

Selon les premiers éléments de l’enquête, le mode opératoire des accusés est simple. Il s’agit de se procurer de grosses sommes de devises dans les wilayas qui connaissent une abondance de l’offre et où le taux de change est moindre. Ensuite, l’argent est transféré dans d’autres wilayas pour l'échanger contre des sommes en dinars plus élevées.

À lire aussi :  Des drones et de faux billets saisis au port de Béjaïa

Il faut noter, par ailleurs, que les cours de l’euro connaissent de nouveau une nette hausse face au dinar algérien au niveau du marché noir de la devise. Cette tendance haussière était prévisible au vu des derniers développements économiques en Algérie. Au square Port Saïd, au centre-ville d’Alger, un euro s’échange à 195 dinars à la vente et à 190 dinars à l’achat.

Sur le marché officiel, l’euro poursuit sa hausse au détriment du dinar algérien. La valeur de la monnaie nationale subit une baisse historique face à la devise européenne, en dépassant les 143 dinars pour un euro. Les cotations officielles se rapprochent ainsi de plus en plus de celles du marché noir.