La Commission américaine de la liberté religieuse internationale (USCIRF) suit de près la situation de la liberté de culte en Algérie. Selon son dernier rapport, l'Algérie est un pays où la liberté religieuse a connu de nombreuses violations.

En effet, la commission américaine USCIRF a accusé le gouvernement algérien d'avoir commis une "grave violation de la liberté religieuse". A la lumière de ce constat, elle classe l'Algérie sur "la liste de surveillance spéciale". Dans son dernier rapport, la commission a rappelé la fermeture de deux églises protestantes en octobre 2019, en Algérie.

La vice-présidente de cette organisation, Gayle Manchin, reproche aux autorités algériennes d'avoir intensifié la répression envers les minorités religieuses en 2019. "Le gouvernement a réprimé la communauté protestante évangélique par des fermetures d’églises", a-t-elle souligné dans une vidéo partagée sur son compte Twitter.

Gayle Manchin a fait savoir que son organisation avait recommandé au Département d'Etat de placer l'Algérie sur la liste de surveillance spéciale. "l’Algérie a fermé deux des plus grandes églises protestantes du pays. Douze églises, sur un total de 85, étaient toujours fermées à la fin de l’année 2019", alerte-t-elle.

Pour rappel, des membres du Congrès américain avaient aussi critiqué les autorités algériennes au sujet de la fermeture de ces lieux de culte. En dressant un constat alarmant des libertés religieuses dans le pays, ils ont appelé le président Abdelmadjid Tebboune à autoriser la réouverture des églises fermées.

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

Pour les Américains, les rapports concernant la mise sous scellées des églises sont troublants, d'autant plus que la Constitution algérienne consacre clairement la liberté de religion et de conscience pour tous. "Ces libertés doivent être garanties à tous les Algériens", lit-on dans leur lettre adressée au président de la République.

Lire aussi : Algérie : La statue de la vierge Marie vandalisée à Oran