1 277 ans de prison. C'est l’invraisemblable peine infligée à une femme impliquée dans plusieurs affaires d’escroquerie en Tunisie. Âgée de 28 ans, la prévenue était recherchée depuis 2013. Elle était sous le coup de 205 avis de recherche et chacun concernait entre 20 à 25 affaires d’escroquerie. 

Fin de cavale pour une femme Tunisienne recherchée depuis 2013. Elle a été arrêtée dimanche 6 juin. C'est ce qu'a indiqué le porte-parole de la Garde nationale, le colonel Houssem Eddine Jbebli, cité par la presse tunisienne. Il s'agit, explique la même source, de la gérante d’une entreprise financière fictive fonctionnant suivant la pyramide de Ponzi.

Le même colonel a expliqué que la femme était sous le coup « de 205 avis de recherche dont chacun concernait entre 20 à 25 affaires d’escroquerie ». Elle a arnaqué plus « 12 500 victimes», en leur extorquant l'équivalent de 5,31 millions d’euros, a-t-il ajouté.

Recherchée depuis 2013

Le responsable précise que « près de 17 millions de dinars [5,3 millions d’euros, ndlr] dans cette affaire sont à la disposition des banques tunisiennes, sans compter les biens immobiliers qui ont été confisqués ». La jeune femme a été condamnée par contumace « à 1 277 ans de prison ». Son frère et sa sœur ont été arrêtés en 2013 pour complicité, indique la même source.

À lire aussi :  Seine-Saint-Denis : Violente bagarre entre Algériens et Égyptiens

Le système de Ponzi utilisé par la jeune Tunisienne pour escroquer ses clients consiste en un montage financier frauduleux. Il repose sur le fait de rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants. Le procédé tient son nom de Charles Ponzi, devenu célèbre après avoir mis en place, dans les années 1920, une opération fondée sur ce principe à Boston, aux États-Unis.

Lire aussi : Escroquerie : Un Algérien résidant au Maroc lourdement condamné