Le Front des forces socialistes (FFS) tiendra son congrès extraordinaire le 9 et le 10 juillet prochain. Ainsi, le plus vieux parti de l'opposition semble voir le bout du tunnel d'une crise qui dure depuis plus d'une année. Pour réussir ce congrès, la direction du parti mise sur l'engagement de ses militants.

En effet, le FFS est sur le point de retrouver son fonctionnement normal. Le parti a obtenu l'autorisation administrative pour tenir son congrès national extraordinaire. Ainsi, le parti tiendra ce congrès de tous les espoirs le 9 et le 10 juillet prochain, a annoncé le parti dans un communiqué rendu public hier. Ce congrès devait se tenir le 10 et 11 avril dernier, mais il a été reporté pour cause de la situation sanitaire liée au coronavirus.

Pour le plus ancien parti de l'opposition, ce congrès repose sur l'engagement et la mobilisation de ses militants à travers le pays. A ce titre, la direction du parti a assuré qu'elle fournira tous ses efforts pour réunir les meilleures conditions d'organisation du congrès. Qui, selon elle, représente un événement "rassembleur" et sa réussite est synonyme d'une "grande victoire pour le parti et le pays". C'est pourquoi, le FFS voudrait en finir avec la crise qui le secoue depuis plus d'une année.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Par ailleurs, le parti fondé par feu Hocine Aït Ahmed appelle ses militants à œuvrer activement au niveau des fédérations et des sections pour soutenir la commission de préparation du congrès national (CPCN). Pour les responsables du parti, ce congrès représente une étape importante avant la tenue du "6e congrès national ordinaire unitaire". Qui se tiendra, selon le premier secrétaire national, Hakim Belahcel, neuf mois après le congrès extraordinaire.

Lire aussi : Algérie : La crise s’exacerbe au sein du FFS