Un jeune chanteur kabyle a été agressé dans la soirée de mardi 9 juin à Paris par un groupe de compatriotes qui lui reprochaient... de chanter en kabyle. La victime, répondant au nom de Lounes Ghassouli, confie qu'elle a eu la vie sauve grâce à l'intervention de passants.

« J'étais assis dans un coin de rue. Mandole en main, je chantais tranquillement », raconte, dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, ce chanteur algérien de 18 ans, originaire de Sidi Aïch, dans la wilaya de Bejaïa, en Kabylie.

Et d'ajouter : « Trois jeunes sont venus s'asseoir à côté de moi. Cela ne me gênait pas du tout, car c'est coutumier pour moi. Ensuite, ils m'ont demandé pourquoi je ne chantais pas en arabe. J'ai répondu gentiment que je ne savais pas chanter en arabe. Ce qui est vrai d'ailleurs ».

« Les trois jeunes se sont alors mis à rouspéter en me traitant de harki et de tous les noms d'oiseaux. Au départ, je n'ai pas bronché. Je me suis dit que ces gars voulaient des problèmes, autant pour moi de les éviter. J'ai alors rangé mon mandole et changé de place. Sauf que ces jeunes ont continué à m'insulter. Ne pouvant tolérer davantage d'injures à mon égard, j'ai frappé l'un d'eux et une bagarre s'ensuivit », raconte-t-il .

La rixe n'a été que de courte durée, puisque des gens se sont interposés pour y mettre fin. Le jeune chanteur a cru que l'altercation allait en rester là. « J'ai changé de place et je me suis remis à mon loisir de prédilection. Soudain, je vois un groupe d'individus courir vers moi ». Ses trois agresseurs avaient été chercher du renfort de Barbès.

Bagarre rangée entre Algériens à Paris

"Je me suis enfui à toute vitesse. Ces gens, qui étaient armés de couteaux, m'ont suivi et ont lancé à ma direction des bouteilles de bière et autres projectiles. Heureusement pour moi, des automobilistes que je ne connaissais pas m'ont secouru" ajoute-t-il.

En plus de permettre au jeune de monter à bord de leur véhicule, les automobilistes en question ont affronté ses assaillants. « Mes sauveurs sont aussi des Algériens. L'un d'eux a été touché à la tête par un tesson de verre. j'espère que ça va mieux pour lui. Au passage, je voudrais les remercier pour leur geste qui m'a vraiment sauvé la vie ».

Lire aussi: Paris : Un Algérien agresse et humilie son compatriote non-jeûneur (Vidéo)