Plusieurs militants venus participer à un rassemblement de soutien aux détenus du Hirak ont été arrêtés ce mercredi 1er juillet à Bejaïa, en Kabylie. Les militants sont venus participer à un rassemblement devant le tribunal de la ville où se tenait le procès de Merzoug Touati, Yanis Adjlia et Amar Beri, arrêtés lors de la marche du vendredi 12 juin.

Les services de sécurité ont assiégé la ville de bon matin afin d’empêcher le rassemblement prévu à la place Saïd Mekbel. Un rassemblement qui devait être suivi d'une marche jusqu’au tribunal de la ville . Les policiers ont procédé à l'arrestation de plusieurs personnes avant même le début de la marche.

Parmi les personnes arrêtés figurent l’ancien policier Zahir Moulaoui, Mahdi Meziane et Boubekeur Bouchetta, ainsi que le député démissionnaire de l’APN, Khaled Tazaghart, selon une publication sur Facebook du Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Militants arrêtés le 12 juin

Pour rappel, les trois activistes qui sont jugés ce 1er juillet ont été arrêtés le 12 juin lors de la marche empêchée le même jour à Bejaïa. Ils ont été placés sous mandat de dépôt par le tribunal de la ville. Yanis Adjila et Marzoug Touati sont poursuivis pour « incitation à attroupement, publication et distribution de publications pouvant porter atteinte à l’unité nationale, mettre la vie d’autrui (des autres personnes) en danger durant la période du confinement ».

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Tandis que Amar Beri, est poursuivi pour « atteinte à la personne du président de la République, outrage à corps constitué, incitation à attroupement non armé, mise en danger de la vie d’autrui (des autres personnes) durant la période du confinement ». Le juge d’instruction près de la Cour de Bejaïa avait décidé de renvoyer leur audience au 17 juin après leur comparution immédiate. Le procès a été reporté à ce mercredi 1er juillet à cause du refus des militants de passer en justice par visioconférence. Le parquet a requis trois ans de prison ferme et une amende de 200 000 dinars à l'encontre de chacun des trois détenus.

Lire aussi : Kabylie : Trois activistes placés sous mandat de dépôt à Bejaïa