Les Français sont contre la formulation d’excuses officielles par leur gouvernement à l’Algérie. En effet, selon un sondage en ligne lancé par le journal français Le Figaro, 86 % des votants sont formellement contre l’idée que la France présente des excuses à l’Algérie pour l'avoir colonisée durant près de 132 ans. 

Ce sondage a été lancé suite à l’interview que le président de la République algérienne, Abdelmadjid Tebboune, a accordée à la chaîne France 24. Lors de l'entretien en question, le chef de l'Etat a évoqué les "demi-excuses" que la France aurait formulées implicitement à l'Algérie. Le président a estimé qu’un pas avait été fait, et qu’il fallait maintenant faire "l’autre pas". L’interview a été reprise par de nombreux médias français. Un vote en ligne demandant aux Français s'ils étaient pour ou contre la formulation d'excuses officielles pour le passé colonial de la France en Algérie a vite suivi.

Le sondage en question a été lancé dans la matinée de dimanche 5 juillet. Dès les premières heures de sa mise en ligne, il a récolté beaucoup de votes. Pas moins de 196 173 votants jusqu'à l'après-midi de ce lundi, soit plus de 86% des voix, étaient contre le fait que la France formule des excuses officielles à l’Algérie. Une majorité écrasante face au nombre d’internautes favorables, dont le taux était de 13, 84 % dans l'après-midi de ce lundi.

L'extrême droite s'attaque au FLN

A rappeler que la date anniversaire de l'indépendance du pays a été une énième occasion pour l'extrême droite française de tacler l'Algérie. En effet, le délégué national du Rassemblement national, Jean Massiha, s’est attaqué, dimanche, à l’Algérie et au Front de libération nationale, qu'il a accusé d’avoir commis des "crimes contre l’humanité".

Dans un message rendu public sur le réseau social Twitter, le député d’origine égyptienne a écrit  : "Le 5 juillet 1962, après une guerre où le FLN a multiplié les crimes contre l’Humanité, l’Algérie devenait indépendante. Premier réflexe des millions d’Algériens ? Rejoindre leur ancienne métropole au lieu de rester bâtir leur pays. Après le divorce, la France a la garde des enfants".

Lire aussi : La France ne veut pas restituer à l’Algérie les archives de la guerre