Les relations algéro-françaises qui ont connu une phase de crispation, il y a quelques mois de cela, sont en train de connaitre une nouvelle phase. En effet, le rappel «pour consultation» de l’ambassadeur d’Algérie après la diffusion d'un reportage sur l’Algérie, semble appartenir au passé. Abdelmadjid Tebboune et Emmanuel Macron multiplient les déclarations de bonnes intentions pour réchauffer les relations entre les deux pays.

Ainsi, les obstacles entre les deux pays sont en train d’être dépassés l'un après l'autre, surtout que le poids de l’histoire, du colonialisme, reste pesant dans les relations entre les deux pays. En effet, la restitution des cranes des résistants algériens révèle le début d'une nouvelle approche entre les deux pays sur leur passé commun.

Ce premier pas est salué comme un geste de bonne volonté pour dépasser les conflits de mémoire et réchauffer les relations diplomatiques entre les deux pays. A cette étape s'ajoute la question des «excuses» et de la «repentance» sur laquelle Abdelmadjid Tebboune est revenu dimanche 12 juillet dans son entretien au journal français Le Point.

Le chef de l'Etat algérien a indiqué que lors de son entretien téléphonique jeudi 9 juillet avec le président français, ils ont convenu de désigner deux personnalités pour travailler la question de la mémoire. Tebboune a révélé que "l’historien Benjamin Stora a été nommé pour accomplir ce travail mémoriel" pour le coté français. Côté algérien, le Chef de l'Etat a souligné que l'Algérie va nommer son homologue algérien dans les 72 heures.

À lire aussi :  Le Maroc profite de la faiblesse du gouvernement espagnol

« l’Algérie est incontournable pour la France, et la France l’est pour l’Algérie »

Abdelmadjid Tebboune a aussi affirmé la volonté de l’Algérie de construire des relations sereines avec la France. Il indique que "l’Algérie est incontournable pour la France, et la France l’est pour l’Algérie". Le chef de l'Etat algérien ajoute qu'il " faut affronter ces événements douloureux pour repartir sur des relations profitables aux deux pays, notamment au niveau économique", estimant que "la mémoire ne peut être estompée et nous ne pouvons pas en faire ce que nous voulons".

Il faut ajouter à ces déclarations les nombreux entretiens téléphoniques entre Emmanuel Macron et Abdelmadjid Tebboune qui a récemment encensé le président français en déclarant qu'il est "quelqu'un de très honnête" susceptible de contribuer à ce climat d'apaisement".

Par ailleurs , le choix de Abdelmadjid Tebboune d’accorder deux entretiens à des organes de presse français est un autre signe d'apaisement et de réchauffement des relations bilatérales en sachant que ces derniers temps, la presse française a été accusée par les autorités algériennes d’ingérence dans les affaires internes du pays.

Lire aussi : L’Algérie et la France sont « incontournables » l’une pour l’autre, estime Tebboune