Le chef de l'Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune, a révélé, dimanche 19 juillet lors de sa rencontre mensuelle avec certains organes de presse, le nom de celui qui serait chargé d'effectuer le travail mémorial relatif au passé commun avec la France. Il s'agit du directeur général des archives nationales, l’historien Abdelmadjid Chikhi.

"Nous nous somme mis d'accord avec le président français, Emmanuel Macron, concernant la question mémorielle. On s'est entendu pour travailler de façon ordinaire", a réaffirmé à l'occasion Abdelmadjid Tebboune. Il ajoute que les choses sont devenues claires : "Un crime, c'est un crime et personne ne pourra le cacher", a-t-il souligné.

« Nous voulons récupérer notre archive et notre mémoire. Pour faciliter la tâche et éviter tout entêtement politique, le président Macron a désigné un historien connu, et de notre côté, nous avons jeté notre dévolu sur Abdelamadjid Chikhi qui est bien placé pour gérer le dossier. Il est chargé des archives et il sait plus de quiconque ce qui en manque », a-t-il expliqué.

Dossier mémorial, Tebboune persiste et signe

Évoquant, par ailleurs, les relations économiques avec les autres pays, Abdelmadjid Tebboune a affirmé que l'Algérie n'avait pas exclu la France. "On a récupéré notre mémoire et qu'elle reconnaisse ses crimes. Pour le reste, on travaillera en collaboration dans l’intérêt des deux pays", a indiqué le président de la République.

À lire aussi :  François Hollande appelle la France à relancer son partenariat avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie

Il faut dire que les relations entre les deux pays se sont apaisées après une période de froid. Les deux présidents se sont, d'ailleurs, entretenus par téléphone à trois reprises en l'espace de six semaines.

Pour rappel, la veille de la célébration du 58e anniversaire de son indépendance, l'Algérie avait restitué 24 crânes de ses premiers combattants. Une démarche de l'Hexagone considérée comme un geste de bonne volonté des autorités françaises pour régler le lourd dossier colonial de la France en Algérie.

Lire aussi : Algérie-France : Benjamin Stora fait-il partie de la commission mixte annoncée par Tebboune ?