Le tribunal de Sidi M’hamed, à Alger, s’apprête à programmer de nouveaux procès de personnalités politiques proches du président déchu, Abdelaziz Bouteflika, et de son frère Saïd. Il s'agit de Tayeb Louh, Djamel Ould Abbes ainsi que de l'ex-député Baha Eddine Tliba, rapporte ce lundi 27 juillet le journal Le Soir d’Algérie

Ainsi, une nouvelle vague de procès aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed qui a vu défiler plusieurs responsables politiques et oligarques depuis le début de la campagne de lutte contre la corruption. Cette nouvelle vague concerne des personnalités proches de Abdelaziz Bouteflika et son frère. Des procès différents des précédents vu leur complexité et les faits reprochés aux personnalités accusées.

Ces nouveaux procès concernent notamment le cercle très proche de Saïd Bouteflika. Les hommes politiques dont il est question sont mis en cause dans plusieurs affaires liées, notamment, à la gestion politique de la période du règne des Bouteflika.

Les poids lourds de l'ère Bouteflika devant les juges

L’ancien ministre de la Justice Tayeb Louh sera la personnalité la plus en vue qui devra répondre aux juges dans une affaire dans laquelle il est accusé d'"abus de fonction, entrave à la justice, incitation à la partialité et incitation en faux en écriture officielle". Dans ce procès, Saïd Bouteflika est directement mis en cause. Selon la même source, l’ancien Premier ministre Noureddine Bedoui est cité en qualité de témoin.

Dans le même contexte, le procès de Baha Eddine Tliba serait programmé, selon la même source. Le dossier de l’ex-député et homme d’affaires annabi est fin prêt. Baha Eddine Tliba est considéré comme l’incarnation de la connexion entre l'argent sale et la politique. Il est poursuivi par la justice pour blanchiment d’argent et financement occulte de partis politiques.

L'ancien député aurait tenté d’obtenir une place de choix parmi les députés du FLN moyennant des sommes importantes qui auraient été versées au fils de l’ancien SG général du FLN, Djamel Ould Abbes. Quant à ce dernier, il sera jugé pour sa gestion de ministre de la Solidarité. Pendant cette période, des sommes d'argent colossales ont été détournées.

Lire aussi : Algérie : 26 dossiers de corruption en attente à la Cour suprême