L’affaire d’Akram, jeune algérien décédé suite à une interpellation violente de la police en Belgique promet de révéler de nouveaux secrets. En effet, les autorités algériennes ont décidé d’ouvrir une contre-enquête pour déterminer les causes exactes de la mort du ressortissant algérien. La dépouille du défunt a subi ce jeudi 30 juillet, une autopsie à l’hôpital de Mustapha Pacha à Alger, selon le journal arabophone El Bilad.

L’autopsie effectuée sur la dépouille du défunt Akram est la première procédure d’une contre-enquête ouverte par Alger.  La dépouille mortelle du jeune Algérien est arrivée en Algérie mercredi dernier. Il pourra ainsi être inhumé parmi les siens.

La mort d’Akram qui a fait grand bruit a suscité la réaction des autorités algériennes. Dans un communiqué rendu public, le ministre algérien des Affaires étrangères a indiqué que l’Etat algérien suivait de près ce dossier et veillerait à ce que toute la lumière soit faite sur ce décès.

Le communiqué du MAE a indiqué que « le dossier de la mort du ressortissant algérien Kadri Abderrahmane Ridha, dit Akram, à Anvers en Belgique, en date du 19 juillet 2020, dans des conditions qui restent à élucider et qui a suscité l’émotion et la compassion des Algériens aussi bien en Algérie qu’à l’étranger, est suivi à l’évidence de près par les hautes autorités dans notre pays ».

À lire aussi :  Seine-Saint-Denis : Violente bagarre entre Algériens et Égyptiens

De son côté, l’ambassadeur d’Algérie en Belgique, Amar Belani a affirmé que « le visionnage des vidéos, y compris celles qui circulent sur les réseaux sociaux, et leur recoupement avec les résultats de l’autopsie permettront, je l’espère, de faire la lumière sur les quelques zones d’ombre qui entourent cette déchirante affaire ».

A rappeler que le jeune algérien âgé de 29 ans a perdu la vie après une interpellation musclée par la police belge. Une intervention brutale de la police le 19 juillet, dans la ville d’Anvers, au nord de la Belgique qui a soulevé le l’indignation des Algériens établis en Belgique.

La vidéo de son interpellation violente dans le quartier “de la gare”, a suscité de nombreuses réactions. Les images montrent comment les policiers ont fait usage de la violence pour immobiliser Akram. L’homme a été ensuite emmené à l’hôpital dans un état critique. Il est mort plus tard dans la soirée.