Des Algériens ont lancé, ces derniers jours sur les réseaux sociaux, le concept de « El Normalioune » qui est la traduction littéraire de « Normaliens ». Cette nouvelle tendance politique a pour objectif de contourner le conflit qui oppose les islamistes aux laïcs au sein du Hirak, selon le site russe Sputnik.

En effet, de nombreux activistes du Hirak voudraient unir le mouvement populaire dans un seul et unique bloc, appelé El Normalioune. Ainsi, les hirakistes rêvent de mettre fin au conflit idéologique qui oppose les islamistes aux laïcs. Les adhérents de cette nouvelle tendance politique veulent concentrer leurs efforts autour de la lutte pour un changement radical du système en place.

Mohamed Tadjadit, activiste du Hirak emprisonné pour ses poèmes anti-système, a écrit, sur sa page Facebook, « Ni islamistes ni laïcs, nous sommes normaliens ». C'est à partir de ce moment que de nombreux activistes du Hirak ont repris la citation et ont adopté cette nouvelle tendance. Ils sont convaincus de mener une révolution au sein Hirak afin d'aboutir à l'objectif premier du mouvement de protestation, qui est le changement radical du système en Algérie.

Pour ou contre cette nouvelle tendance ?

Depuis l'apparition de ce concept sur les réseaux sociaux, les avis sont divergents. Certains ne cessent de tourner le concept en dérision, tandis que d'autres le qualifient d'outil nécessaire pour unir le Hirak. Ainsi, cette nouvelle tendance ouvre au sein du Hirak un nouveau débat qui oppose les "Normaliens" aux "Anti-normaliens".

En effet, Anis Alkama, créateur de la page "Les Normaliens" s'est confié à ce sujet au site Sputnik. Dans ses propos, il qualifie le conflit qui oppose les islamistes aux laïcs de « stérile ». Pour lui, ce conflit n'a pas lieu d'être, puisque l'objectif du Hirak est « d'écarter le régime ». C'est pourquoi la citation de Mohamed Tadjadit représente, selon lui, « le retour aux sources du Hirak ».

Lire aussi : « Algérie Mon Amour » : Le documentaire de France 5 sur le Hirak provoque un tollé