Les services de la protection civile de Aïn Ouessara, dans la wilaya de Djelfa ont découvert, vendredi 7 août, le corps sans vie d’un trentenaire près d’un cimetière. La victime serait assassinée à l’aide d’un objet contondant. Plusieurs traces de blessures au niveau du cou ont été relevées, rapporte le site arabophone Ennahar.

Selon la même source, le corps du trentenaire a été découvert près d’un cimetière de la localité de Aïn Ouessara, à Djelfa. L’homme aurait été violemment agressé à l’aide d’un objet contondant. Il présentait des traces de graves blessures au cou.

Le corps de la victime a été transféré à l’hôpital de Aïn Ouessara pour les besoins de l’autopsie. Le procureur de la République a ordonné l’ouverture d’une enquête pour mettre la lumière sur les circonstances exactes de ce drame.

Les assassinats explosent en Algérie

Il faut dire que depuis quelques mois, les chiffres liés aux crimes explosent en Algérie. La semaine dernière, la commune de Ouled Heddadj, dans la wilaya de Boumerdes, a été ébranlée par un terrible drame. Un homme, âgé d’une trentaine d’années, y a été sauvagement assassiné par un groupe d’individus.

Les présumés meurtriers ont asséné à leur victime, âgée de 35 ans, plusieurs coups de couteau avant de prendre la fuite en la laissant gésir dans une mare de sang.

Vendredi 31 juillet, soit au 1er jour de l’Aïd El Adha, la wilaya de Annaba, située dans l’extrême nord-est de l’Algérie, a été secouée par un autre crime odieux. Un jeune homme a ôté la vie à un quinquagénaire à l’aide d’un fusil harpon.

Skikda, dans la nuit de lundi 27 à mardi 28 juillet, un individu âgé d’une vingtaine d’années a été assassiné par un père de famille. Le mobile du crime reste à déterminer par les services de sécurité. Néanmoins, des sources concordantes révélaient qu’il s’agissait d’un « crime d’honneur ». Le père de famille aurait surpris la victime, un militaire, en compagnie de sa fille dans un endroit isolé.