L'Enseignement supérieur, l'Industrie et le Commerce ont été les principaux secteurs passés en revue lors du Conseil des ministres tenu dimanche 9 août 2020. Plusieurs décisions aussi importantes les unes que les autres ont été prises à l'issue de cette réunion présidée par le chef de l'Etat Abdelmadjid Tebboune. 

Ainsi, concernant le l’Enseignement supérieur dont la rentrée est prévu pour le 23 du mois en cours, il a été décidé d'engager une profonde refonte, indique le communiqué sanctionnant ce Conseil qui s'est tenu en visioconférence.

"L’examen de ce dossier a été, par ailleurs, l’occasion pour le Président de la République d’engager le ministère de l’enseignement supérieur dans la voie, à brève échéance, et dans la concertation la plus large possible, de réformes structurelles profondes du secteur", peut-on lire dans le communiqué.

Le communique ajoute que "le Président de la République a insisté à ce sujet sur le besoin de procéder à la révision du dispositif de transport universitaire et d’envisager de nouvelles solutions qui évitent les situations de monopole et favorisent le jeu de la concurrence". La plus importante décision qui a été prise concernant le même secteur est relative à l'ouverture de la formation pour le master et le doctorat "à tous les étudiants qui le souhaitent, sans sélection préalable".

À lire aussi :  Après les mosquées, Gérald Darmanin s'attaque aux sites web islamistes

Véhicules neufs : Le cahier des charges présenté cette semaine

Dans le secteur de l'Industrie, le dossier de l'importation des véhicules neufs a été évoqué lors de cette réunion. Selon les engagements pris à l'occasion, le cahier des charges devrait être présenté cette semaine.

A ce propos, le communiqué souligne que le président de la République "est revenu sur le caractère urgent de la présentation, avant la fin de la semaine, du cahier des charges sur les véhicules neufs qui, conformément aux décisions prises lors du dernier Conseil des ministres, ne devraient concerner que les nationaux". Il précisera dans le même sillage qu'un "texte séparé devrait être pris s’agissant des étrangers".

Concernant le secteur du Commerce au menu donc de cette réunion, il a été décidé d'engager, "après concertation avec les services du Ministère de la défense nationale, la reprise du commerce transfrontalier dans les zones du Sud du pays tout en renforçant les mesures de sécurité et de contrôle".

Vers la reprise du commerce transfrontalier

Comme il sera également procédé à l'examen de "la possibilité de procéder à des investissements directs de Naftal dans les régions de l'extrême sud de l'Algérie, voisines du Mali et du Niger pour réduire le trafic et la contrebande de carburants et de gaz butane".

À lire aussi :  France : Une mairie refuse des cours d'arabe dans ses écoles

Par ailleurs, note le communiqué, le président de la République "a donné instruction au Ministre du commerce à l’effet de procéder à une évaluation des accords commerciaux multilatéraux, régionaux et bilatéraux, notamment le dossier sur l’accord d’association avec l’UE qui doit faire l’objet d’une attention particulière faisant valoir nos intérêts pour des relations équilibrées".

Confinement : Carte blanche pour les walis

En outre, l'inévitable crise sanitaire liée au coronavirus a été aussi évoquée lors de cette réunion. Tout en instruisant les ministres à veiller au grain, le chef de l'Etat Abdelmadjid Tebboune a donné carte blanche pour les walis de reconfiner leurs wilayas respectives suivant l'évolution de la situation.

"S’agissant des décisions de réouverture des mosquées et des plages, le Président de la République a ordonné la mise en place d’un système de veille, au niveau de chaque wilaya du territoire, qui aura pour fonction, sous l’autorité du Wali, de suivre et d’évaluer, au quotidien, l’évolution de la situation sanitaire et de procéder, sans tarder, au reconfinement en cas de dégradation de cette dernière", note le communiqué.