Les avocats engagés par l’Eglise protestante d’Algérie (EPA) suite à la mise sous scellés de plusieurs lieux de culte chrétiens à Tizi Ouzou dénoncent, dans un communiqué, l'illégalité de cette action. Quatre dossiers de recours ont été déposés auprès du tribunal administratif, dont trois ont été rejetés par le même tribunal, indique, ce samedi 29 août, le média francophone Liberté.

Selon la même source, les avocats de la défense ont indiqué que cette décision avait été prise « sans justification aucune et sans aucun texte de loi référent ». Par conséquent, ils qualifient cette décision d'« abus d’autorité qui témoigne de l’allégeance, sinon de la soumission de l’appareil judiciaire au pouvoir politique ».

Mais, assurent ces avocats, « la communauté chrétienne et la défense ne baissent pas pour autant les bras et décident de se battre pour réparer cette injustice et faire valoir la liberté de culte, base fondamentale de la construction de l’État démocratique ».

Précisions du Me Kader Houali, l’un des avocats de l’Eglise protestante d’Algérie (EPA)

Dans ce sens, Me Kader Houali, l’un des avocats de l’Eglise protestante d’Algérie, a précisé que les trois dossiers récusés « par le tribunal administratif concernent : l’église de Makouda, de Boghni et celle de la nouvelle ville de Tizi Ouzou. Le quatrième dossier de recours, qui se trouve toujours au niveau du tribunal, concerne l’église de Tigzirt ».

Me Kader Houali a expliqué que « dans les motivations de l'arrêt du tribunal administratif, ils n'ont avancé aucun article de loi qui justifie la décision de fermeture de ces églises par le wali, c'est donc là un abus d'autorité flagrant. Ensemble, avec les responsables de la communauté chrétienne, nous allons aller jusqu'au bout de notre combat ».

A noter que l’Eglise protestante d’Algérie déclare être détentrice d’un agrément probant et incontestable qui lui a été délivré en 1974. L’EPA relève que « paradoxalement, les autorités usent du prétexte de non-conformité à la réglementation, pour fermer les lieux de culte des églises protestantes. La loi de 2006, censée régir et organiser les cultes autres que musulman, s’est avérée dans les faits un arsenal juridique destiné, ni plus ni moins, qu’à museler l’Église protestante d’Algérie ».

Pour rappel, ces derniers mois, les autorités ont procédé à la fermeture de plusieurs églises protestantes en Algérie, notamment à Tizi Ouzou, en Kabylie. Cet acte est considéré par les militants des droits humains comme une grave atteinte à la liberté de culte et de conscience.

Lire aussi : Algérie : La statue de la vierge Marie vandalisée à Oran