L'aéroport international Houari Boumediene d'Alger aurait refusé de réintégrer à son poste Fatima Zahra Machlouf, limogée suite à sa vidéo dans laquelle elle dénonçait la gestion de l'infrastructure aéroportuaire. C'est ce qu'a rapporté le journal arabophone El Khabar, ce lundi 31 août, citant des sources proches du dossier. Pourtant, Fatima Zahra Machlouf a été réhabilitée par la justice.

Fatima Zahra Machlouf, cette fonctionnaire qui a osé dénoncer la gestion de l'aéroport international d'Alger, où elle travaillait, n'est décidément pas au bout de ses peines. Elle a été limogée suite à la vidéo où elle révélait des irrégularités dans la gestion de l'aéroport. Bien que la justice ait statué en sa faveur, elle n'a toujours pas pu réintégrer ses fonctions.

C'est le 29 juin dernier que le tribunal de Dar El Beïda, à Alger, a prononcé l'ordre de sa réintégration à son poste de travail au sein de l'aéroport d'Alger. Le tribunal a également ordonné des réparations morales et matérielles en sa faveur.

La justice a pourtant réhabilité la jeune employée

Plus d'un mois après, cette décision n'a été exécutée que partiellement. Selon le journal El Khabar, la structure en charge de l'aéroport d'Alger refuserait de mettre en oeuvre l'ensemble des décisions de la justice dans cette affaire. L'entreprise de gestion de l’aéroport d’Alger n'a appliqué que le côté matériel. Il s'agit d'une transgression aux lois de la République punie par l'article 331 du Code pénal.

À lire aussi :  Paris : Deux Marocains et un Algérien agressent un touriste pour lui voler sa Rolex

Pour rappel, Fatima Zahra Machlouf est devenue "célèbre" en 2019, après la vidéo « en direct » qu’elle avait partagée sur les réseaux sociaux. Une vidéo dans laquelle elle a divulgué les « graves transgressions » constatées au sein de l’institution algérienne chargée de la gestion de l’aéroport. Au lendemain de ces accusations, elle a été poursuivie en justice pour "diffamation" et relevée de ses fonctions pendant plus d’une année.

En savoir plus : Aéroport d’Alger : L’ingénieure qui a révélé le scandale devant le juge