La wilaya d'Alger a interdit la tenue du Conseil national ordinaire du RCD, programmé pour vendredi 25 septembre. C'est ce qu'on a appris du communiqué du parti de Mohcine Belabbas qui dénonce cette interdiction qu'il assimile à une volonté de remettre en cause le multipartisme.

Il est vrai que c'est une première, et le RCD ne manque pas de le signaler. "La remise en cause du multipartisme se confirme. En effet, la réunion statutaire du conseil national du RCD programmée pour le vendredi 25 septembre 2020 à l’hôtel EL Riadh vient d’être officiellement interdite par le gouvernement", indique ce parti dans son communiqué.

"Par cette attitude de vouloir mettre des entraves au débat dans la société, y compris à l’intérieur des structures des partis, le pouvoir semble avoir choisi la politique du pire" accuse dans le même sens cette organisation présidée par Mohcine Belabbas.

Le Conseil national du RCD devait se tenir à l'hôtel Riadh à Staoueli, à l'ouest d'Alger, durant toute la journée du vendredi 25 septembre. Le RCD a déposé une demande d'autorisation le 9 septembre, soit dans les temps réglementaires. Et surtout après avoir eu l'aval préalable de la direction de l'hôtel. Dans sa réponse à la demande du RCD, la wilaya d'Alger n'a pas motivé son refus d'autorisation.

À lire aussi :  François Hollande appelle la France à relancer son partenariat avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie

Enfin, le RCD dénonce cette interdiction et dit assurer "ses militants et, au-delà, toutes les Algériennes et tous les Algériens qui se battent pour l’avènement de la démocratie, de son engagement sans faille contre tous les autoritarismes".

Lire aussi : Transition en Algérie : Le RCD répond à Abdelmadjid Tebboune