Le général à la retraite Ali Ghediri, incarcéré depuis 16 mois, a adressé, samedi 3 octobre, un message aux Algériens. Dans un texte diffusé en marge de l’annonce de la naissance d'un comité de soutien au candidat à l’élection présidentielle avortée de 2019, Ali Ghediri s’est exprimé sur le référendum sur la Constitution, prévu le 1er novembre prochain.

Depuis sa cellule, Ali Ghediri a écrit que la Constitution, sur laquelle les Algériens sont appelés à donner leur avis le 1er novembre prochain, « ne saurait être parfaite ». Cependant, il espère qu'elle sera « porteuse des principes de novembre et des aspirations de la révolution citoyenne, le Hirak ». A se fier à ses déclarations, Ali Ghediri serait favorable au référendum et à la nouvelle Constitution.

Ghediri déclare la guerre aux « nostalgiques de l’ancien système »

Par ailleurs, le général à la retraite pointe un doigt accusateur sur les « nostalgiques de l’ancien système et les opportunistes de tout bord ». Selon lui, ces individus veulent prendre la place de ceux qui veulent « voir l’Algérie fonctionner autrement ». « Ils sont nombreux, ils sont parmi nous. Ce sont eux qui sont à l’origine de mon confinement politique depuis 16 mois. Ce sont eux qui manœuvrent dans l’ombre pour que j’y reste » affirme le général à la retraite. Est-ce là une façon subtile, pour Ali Ghediri, de dire que ce sont des gens hostiles à Abdelmadjid Tebboune qui sont à l'origine de son emprisonnement ?

À lire aussi :  François Hollande appelle la France à relancer son partenariat avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie

Pour rappel, Ali Ghediri s’est déjà adressé à Abdelmadjid Tebboune dans une lettre rendue publique le 15 juin dernier. Le général à la retraite avait clamé son innocence et affirmé qu’il était victime de règlements de compte politiques de la part de certains décideurs, qui ont un « besoin vital de satisfaire certains ego hypertrophiés, n’obéissant qu’à leurs instincts », faisant allusion ainsi à l’ancien chef des armées, Ahmed Gaïd Salah.

Lire aussi : Algérie : Le général à la retraite Ali Ghediri entame une grève de la faim en prison