Une mine a explosé, hier samedi 24 octobre, sur le passage de deux femmes, dans la localité de Bouarrous, dans la wilaya de Aïn Defla. Les deux malheureuses, âgées de 41 et 67 ans, ont péri sur les lieux, indique le journal arabophone Ennahar.  

Selon la même source, il s’agit de mine antipersonnel de confection artisanale. Le drame a eu lieu dans la localité de Bouarrous, relevant de la wilaya de Aïn Defla, à l'ouest d'Alger. Les éléments de la brigade de la gendarmerie ont ouvert une enquête sur les circonstances exactes de cette tragédie.

La semaine dernière, deux enfants, âgés de 11 et 13 ans, ont été grièvement blessés dans l’explosion d’une mine datant de l'époque coloniale. L'incident est survenu au village Ouled Abddellah, dans la commune d’Ouled Ibrahim, dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj. Grièvement touchées, les deux victimes ont été admises à l’hôpital de Ras El Oued, avant que l’une d’elles, qui présentait des blessures plus graves, ne soit évacuée en urgence à l’hôpital de Beni Messous, à Alger.

L’accident s’est produit près d’une ancienne caserne de l’armée coloniale. Les deux enfants auraient manipulé l’engin explosif qu’ils ont déterré lors d’une opération de labour. Les victimes ont été touchées par la déflagration de l’engin qu’elles ont manipulé par imprudence et ignorance.

À lire aussi :  Seine-Saint-Denis : Violente bagarre entre Algériens et Égyptiens

En juillet dernier, c’étaient deux militaires qui ont trouvé la mort dans l’explosion d’une bombe artisanale à Médéa, dans le nord du pays. C’est lors d’une opération “de fouille et de ratissage et à la suite de l’explosion d’une bombe de confection artisanale (que les) deux militaires sont tombés en martyrs », rapportait un communiqué de ministère de la Défense.