L’Algérie a réagi officiellement, ce lundi 26 octobre, à travers le Haut conseil islamique à la publication des caricatures du prophète Mohammad en France. Indignée par cette affaire, l'instance religieuse a dénoncé « une catégorie » qui « dévie des valeurs de l’humanité et de la raison » et qui, « prétextant la liberté d’expression, porte atteinte à l’Islam et à son Prophète ».

Après le Maroc, c'est au tour de l'Algérie de réagir officiellement à l'affaire des caricatures du prophète Mohammad, en France. La présidence de la République a diffusé un communiqué du Haut conseil islamique (HCI) qui a condamné fortement les agissements d’une catégorie qui « prétextant la liberté d’expression, dévie des valeurs de l’humanité et de la raison » pour « porter atteinte à l’Islam et à son Prophète » et « se moquer des symboles religieux que les lois internationales obligent à protéger, étant des valeurs communes à tous les peuples et toutes les religions ».

Les propos d'Emmanuel Macron passent mal en Algérie

La même instance considère ces attaques « extrémistes » comme « une atteinte à l'ensemble de l’humanité ». D'autant plus qu'elles « émanent d’un responsable qui se considère comme le garant des valeurs de fraternité, de liberté et d’égalité », lit-on sur le communiqué.

L'Algérie a ainsi répondu indirectement au président français Emmanuel Macron qui avait tweeté, dimanche 25 octobre, que la France n'allait pas « renoncer » à la publication des caricatures, faisant fi de la polémique déclenchée dans le monde musulman.

Pour rappel, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait dénoncé, avec virulence, l’attitude d’Emmanuel Macron envers les musulmans de France. « Tout ce qu’on peut dire d’un chef d’Etat qui traite des millions de membres de communautés religieuses différentes de cette manière, c’est : allez d’abord faire des examens de santé mentale », avait déclaré Erdogan.

Le HCI appelle à la sagesse

Par ailleurs, le Haut conseil islamique a estimé que le monde musulman devait faire preuve de sagesse. Il n'a néanmoins pas manqué de lancer un appel pour « les sages de ce monde, les organisations religieuses et des droits de l’Homme et les instances de dialogue entre les civilisations à faire face à ce discours extrémiste inhumain » et à « œuvrer pour le triomphe de la voie de la raison qui implique le respect des symboles religieux communs et la lutte contre la haine et le racisme », conclut le communiqué du HCI.

Lire aussi : Algérie : Les islamistes appellent à boycotter les produits français