L’Algérie a réagi officiellement à l’ouverture d’un consulat des Emirats arabes unis dans la ville sahraouie occupée de Laâyoune. Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a rappelé, dimanche 1er novembre, que la République arabe sahraouie démocratique (RASD) était membre de l'Union africaine (UA) et jouissait de « la pleine souveraineté sur ses territoires ».

Interrogé par la presse à sa sortie d’un bureau de vote à Alger, Sabri Boukadoum a affirmé que l’ouverture d’un consulat émirati au Sahara occidental était en porte-à-faux avec le droit international. « Au vu du droit international, la République sahraouie est membre de l’Union africaine et a la pleine souveraineté sur ses territoires », a-t-il rappelé.

Le chef de la diplomatie algérienne a ajouté : « L’Algérie a sa politique, elle n’insulte pas, elle n’invective pas. Elle va de l’avant, sans se soucier des autres. Nous avons nos principes et nous ne les abandonnerons pas. Nous n’avons peur de personne ».  La déclaration du responsable algérien intervient en réponse à la violation du Droit international au Sahara occidental, à travers de l’ouverture de consulats sur les territoires occupés par le Maroc.

Par ailleurs, le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Stéphane Dujarric a déclaré, jeudi 29 octobre, que l'ouverture de "consulats" sur les territoires sahraouis occupés ne changerait pas la position de l'organisation internationale vis-à-vis de la question sahraouie. Pour les Nations unies, la question sahraouie est une affaire de décolonisation, inscrite à son ordre du jour depuis 1963, et dont le règlement passe par l’accès du peuple sahraoui à son droit à l'autodétermination et à l’indépendance.

À lire aussi :  Réduction du nombre visas pour les Algériens : Un député français s’insurge

Le Maroc va-t-il normaliser ses relations avec Israël ?

Il faut souligner que la décision des EAU d’ouvrir une représentation diplomatique avec le Maroc sur les territoires occupés du Sahara occidental était un peu prévisible. Les Emirats sont le premier pays de la Ligue arabe à avoir annoncé la normalisation de ses relations avec Israël.

Le Maroc, qui n’a rien communiqué sur la question, ferait partie des pays qui vont normaliser bientôt leurs relations avec Israël. L’annonce a été faite par le ministre israélien des Renseignements, Eli Cohen. Ce dernier révèle que la liste des pays “arabes” qui vont normaliser prochainement leurs relations avec l’Etat hébreu sont au nombre de cinq. En plus du royaume chérifien, le diplomate israélien cite l’Arabie saoudite, le Qatar, Oman et le Niger.