L'Algérie s'est de nouveau exprimée, lundi 16 novembre, sur la situation qui prévaut au Sahara occidental et le conflit entre le Maroc et le Front Polisario. Le Parlement algérien, avec ses deux chambres, a publié un communiqué dans lequel il condamne fortement ce qu'il considère comme « des violations illégales par le Royaume du Maroc » au Sahara occidental. 

Selon son communiqué, le Parlement algérien affirme qu'il « suit avec une grande inquiétude les développements récents dans les territoires du Sahara occidental », considérant que la Maroc a violé « l'accord de cessez-le-feu (signé en 1991) et l'accord militaire n° 1 que le Royaume du Maroc a conclu avec le Front Polisario, et sous les auspices et le suivi des Nations unies ».

L'Assemblée populaire nationale (APN) souligne, en outre, que l'opération militaire du Maroc « constitue une violation des obligations internationales de résoudre la question saharienne (...). Et de réaffirmer la position de l'Algérie pour l'organisation d'un « référendum d'autodétermination libre et équitable dans les plus brefs délais qui permettrait au « peuple sahraoui de déterminer son avenir sur ses terres et son droit à l'autodétermination est inaliénable », ajoute le même communiqué.

Dans ce sens, le Parlement algérien considère « toute tentative de dissimulation de la réalité de cette question » comme « une transgression claire de ce qui est consacré au traitement de la question saharienne ». Par conséquent, les « institutions d’action arabe conjointe devraient se distancier des questions controversées et des relations arabo-arabes, d’autant que la question du Sahara est une question à l’ordre du jour des Nations Unies », conclut l'APN dans son communiqué.

Auparavant, l’Algérie, par le biais d'un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères, avait vivement dénoncé « les graves violations du cessez-le-feu enregistrées dans la zone d’El Guerguerat au Sahara occidental. Elle appelle à la cessation immédiate de ces opérations militaires, dont les conséquences sont de nature à affecter la stabilité de toute la région ».

Lire aussi : L’Armée algérienne exhibe sa puissance : Chanegriha répond au Maroc