Deux migrants clandestins, l’un originaire d’Algérie et l’autre d’Egypte, ont été condamnés à de la prison ferme par la justice française. Les deux sans-papiers ont été interpellés après deux cambriolages nocturnes, indiquait, jeudi 19 novembre, le média français La République de Seine-et-Marne.

Selon la même source, lors des deux cambriolages nocturnes, l'une des victimes a alerté la police. L'Algérien, prénommé Abdel, et l’Égyptien, Sultan, ne tarderont pas à être interpellés. Âgés d'une vingtaine d'années, les deux migrants clandestins, arrivés sur le sol français en 2018, ont été jugés en comparution immédiate.

Les faits remontent à la nuit du 12 au 13 novembre. Les deux migrants clandestins se sont fait prendre en flagrant délit de cambriolage en Mée-sur-Seine, par une patrouille de police appelée d’urgence. Vers 3 heures du matin, ils venaient de pénétrer dans un pavillon, réveillant de ce fait l’occupante des lieux.

Lors de leur comparution immédiate, le procureur a rappelé aux deux malfaiteurs, qui ne comprenaient pas un mot de français, que les policiers n'avaient qu'à "remonter la piste du petit Poucet" pour les arrêter, tant ils avaient laissé des objets volés derrière eux.

En effet, les éléments de la Police française n’ont eu qu’à suivre les vêtements abandonnés sur la route ainsi que divers objets volés pour retrouver les deux cambrioleurs. Après leur interpellation, les forces de l’ordre ont trouvé à l’intérieur de leurs sacs à dos du matériel informatique : tablettes, Smartphones, cartes bancaires ainsi que plusieurs centaines d’euros en numéraire.

À lire aussi :  L'ancien DG de l'aéroport d'Alger à nouveau devant la justice

Le juge du tribunal correctionnel de Seine-et-Marne a prononcé dix-huit mois de prison contre le ressortissant égyptien, tandis que son complice algérien a écopé de 12 mois de prison ferme, avec annulation de ses sursis précédents.

Lire aussi : Enseignant décapité en France : Un parent d’élève algérienne en garde à vue