France : Karim Tabbou fustige les propos d'Emmanuel Macron sur l'Algérie

La récente interview qu'a accordée le président français, Emmanuel Macron, au magazine Jeune Afrique continue de créer des remous en Algérie. Après l’Organisation nationale des Moudjahidine, le RCD, le PST et d'autres partis politiques, c'est au tour de Karim Tabbou, coordinateur national de l'Union démocratique et sociale (parti non-agréé), de fustiger le locataire de l'Elysée dans une longue lettre ouverte. 

« Excusez-moi de rompre les usages diplomatiques en m’adressant directement à vous par le biais de cette lettre. Je le fais pour une raison simple : vos propos sur l’Algérie dans l’entretien que vous avez accordé au journal « Jeune Afrique » ne me laissent guère indifférent », écrit d'emblée l'opposant algérien.

Pour Tabbou, les propos d'Emmanuel Macron démontent non seulement « que la position officielle de la France à l’égard de l’Algérie est restée inchangée, mais plus encore, ils réaffirment l’attachement viscéral des autorités françaises à l’idée que le pouvoir algérien reste et demeure un allié incontournable et prétendument seul garant de la stabilité de l’Algérie ».

Politique Entrée sans visa à Ceuta pour les Marocains ?

« C’est pour ces raisons liées à la défense des intérêts stratégiques de la France, ajoute Tabbou à l'adresse de Macron, que vous continuez, Monsieur le Président, au mépris de toutes les valeurs de justice, de liberté et de démocratie que vous proclamez, d’apporter votre inconditionnel soutien aux régimes dont les caractéristiques sont la manipulation du suffrage universel, la répression comme système de gouvernance et la corruption comme moyen de légitimation politique ».

« Nous n’attendons aucun soutien de votre part »

L'ancien prisonnier politique et figure du mouvement Hirak en Algérie souligne au président français que « l’opinion publique algérienne a bien conscience que tant que les relations algéro-françaises n’arriveront pas à se soustraire de cette implacable logique de réseaux d’intérêt et d’influence, les espoirs d’un apaisement et d’une confiance mutuels resteront de simples vœux ».

Pour Tabbou, il aurait été préférable pour Macron de garder le silence sur la situation politique en Algérie : « Dans la mesure où nous n’attendons aucun soutien de votre part, votre abstention aurait été moralement compréhensible pour le peuple algérien. Par contre votre appui affiché pour le régime algérien, un des plus liberticides de la Méditerranée, dévoile votre mauvaise foi et votre hypocrisie politique ».

« Votre soutien au processus actuel est une insupportable moquerie »

Allant plus loin encore, l'homme politique algérien a indiqué au président français que son « soutien assumé au processus actuel dit de "transition" est une insupportable moquerie envers tous ces citoyens qui ont subi dans leur chair les plus graves injustices et l’arbitraire le plus abject ».

Politique Amnesty international dénonce l’interdiction du voile pour les athlètes françaises aux JO de Paris

Selon Karim Tabbou, « ce soutien à un régime rejeté par les Algériennes et Algériens, est non seulement une offense à la volonté du peuple, mais plus encore, une opposition affirmée à cette "Algérie en marche" portée par un Hirak pacifique, rassembleur et historique ».

Tabbou a fait remarquer que la position de Macron n'était pas différente de celle de ses prédécesseurs, rappelant « les propos insultants tenus par François Hollande lors de l’une de ses visites à Alger et devant un Bouteflika inerte et inaudible ».

« Les masques sont tombés »

« Aujourd’hui les masques sont bien tombés ! » estime Tabbou qui a signifié, dans sa lettre adressée à Macron, que son « soutien au chef de l’État Abdelmadjid Tebboune n'est en réalité qu’une intrusion dans le débat interne à l'Algérie.(...) C'est une implication directe dans les luttes souterraines qui opposent les différents clans du pouvoir ». Pour conclure, il appelle le président français à se garder de toute « interférence et immixtion dans nos affaires ».


Vous aimez cet article ? Partagez !