L'activiste de Khenchela Yacine Mebarki a été condamné en appel ce mercredi 25 novembre à une année de prison et 50 000 dinars d'amende. Condamné en première instance à 10 de prison et un milliard d'amende, le jeune hirakiste était poursuivi pour incitation à l’athéisme, offense aux préceptes de l’islam et atteinte à l’unité nationale.

En effet, le verdict est tombé dans l'affaire controversée du militant Yacine Mebarki. Ce hirakiste connu sur la place publique de Khenchela, comme un militant de la cause amazighe, a écopé de la peine d'une année de prison assortie d'une amende de 50 000. Donc, loin de la lourde peine du procès en première instance (10 ans) et de l'incompréhensible amende d'un milliard de centimes.

C'est le 6 octobre 2020 que le jeune activiste a eu son premier procès à l'issue duquel le tribunal a adopté, en délibéré, la position du procureur de la République qui avait requis la peine de 10 ans de prison. Une peine qui a fait réagir tous les militants et activistes de toutes les régions d'Algérie qui ont dénoncé un procès "inique" et une justice "instrumentalisée".

Le vieil exemplaire du Coran...

Pour rappel, Yacine Mebarki a été arrêté le 30 septembre 2020 après qu'une perquisition à domicile a permis de trouver un vieil exemplaire du Coran appartenant au grand-père du détenu. Il sera mis en détention préventive le 1er octobre. Parce que pour le procureur de la République, après “examen” du vieux livre saint, les policiers ont découvert qu’une page était déchirée. Pour eux, c’est une atteinte aux préceptes de l’islam et non un vieux livre qui s’est détérioré avec le temps.

Lire aussi : Algérie : Le procès de 23 ex-détenus du Hirak reporté pour la 7e fois