Les déclarations du président français Emmanuel Macron sur l'Algérie et le chef de l'Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune, continuent de provoquer des réactions. Cette fois, c'est l'ambassadeur de France à Alger, François Gouyette, qui s'est exprimé, mais non sans montrer toute la gêne de la France devant la réaction en Algérie aux propos de Macron.

L'on se rappelle que dans un entretien à Jeune Afrique, Emmanuel Macron a affirmé qu'il ferait tout pour aider Abdelmadjid Tebboune à réussir la transition en Algérie. Beaucoup en Algérie ont considéré cette déclaration comme une ingérence dans les affaires intérieures du pays. Certains ont même cru déceler une prise de position de Macron dans les divergences claniques à l'intérieur du système algérien.

Sur les ondes de Radio M., l'ambassadeur a eu toutes les difficultés en évoquant cet épisode de la relation tourmentée entre l'Algérie et la France. « La façon dont s’est exprimé le président français à propos de l’Algérie n’a pas été vraiment bien comprise », a indiqué François Gouyette.

Le représentant diplomatique français en Algérie ne donnera pas une explication des propos de Macron de façon à ce qu'ils soient compris. Il se contentera d'ajouter que « la perception que nous avons observée ici de ces propos ne correspond pas vraiment à ce qu’il a voulu dire ». En d'autres termes, François Gouyette essaie d'expliquer mais n'y arrive visiblement pas.

De belles phrases dans le jargon diplomatique

Il agrémentera toutefois son propos avec de belles phrases dans le jargon diplomatique telles que : « Je crois que le président attache une grande importance à la relation avec l’Algérie » ou bien que le président Emmanuel Macron « considère que nous pouvons refonder cette relation, la relancer sur des bases saines et positives, pour pouvoir faire beaucoup de choses ensemble dans tous les domaines ».

François Gouyette trouvera même une échappatoire en évoquant la campagne de boycott des produits français lancée suite aux propos de Macron sur l'islam et les caricatures du prophète Mohamed en France. « Les appels au boycott du produit français ont échoué grâce à sa forte présence sur le marché algérien », a-t-il estimé.