Un important réseau spécialisé dans le trafic de faux papiers d’identité a été démantelé à Marseille, dans le sud de la France. Quinze personnes ont été interpellées et huit d’entre elles, sept hommes et une femme âgés de 30 à 40 ans, ont été mises en examen pour « association de malfaiteurs en bande organisée » et « aide au séjour irrégulier ».

Selon le journal français La Dépêche, plusieurs milliers de papiers d’identité volés ont été saisis lors d’une enquête sur un vaste trafic de faux documents entre Marseille, Montpellier et les Yvelines.

Huit personnes ont été mises en examen au terme d’une enquête ouverte en décembre 2018 par un juge montpelliérain. Les investigations ont mis au jour trois ateliers clandestins dans lesquels étaient fabriqués de nouveaux passeports, cartes d’identité, ou encore permis de conduire à partir de documents volés dans toute la France.

Les cartes d’identité volées étaient fendues pour permettre de changer la photo, avant d’être revendues « entre 1 000 et 3 000 euros l’unité à des candidats à l’immigration », a expliqué une source à la police aux frontières française. Un dossier comprenant plusieurs documents d’identité pouvait être revendu jusqu’à 5 000 euros.

Les perquisitions menées la semaine dernière, dans le 15e arrondissement de Marseille, à Montpellier et sur la commune de La Verrière (Yvelines), ont permis de saisir environ 10 000 € en liquide et « plusieurs milliers » de ces pièces d’identité volées ainsi que du matériel informatique et des appareils permettant de plastifier des documents. Le principal suspect qui dirigeait le trafic a été placé sous mandat de dépôt et les sept autres sont sous contrôle judiciaire.

Lire aussi : Un couple d’Algériens arrêté en France pour trafic de migrants