L'Algérie connaît une nouvelle vague de censure ciblant les médias en ligne. Lancé il y a moins de trois mois, le journal en ligne Twala n'a pas échappé à la censure pratiquée par les autorités algériennes depuis plusieurs années, contre la presse, y compris Observ'Algérie.

En effet, le site Twala créé le 15 octobre par une équipe de journalistes professionnels, a publié un communiqué pour annoncer la censure et la dénoncer. "Le journal en ligne twala.info est censuré en Algérie depuis le mercredi 2 décembre en matinée. Plusieurs lecteurs nous ont indiqué qu'ils ne peuvent plus accéder au site de Twala à partir des trois réseaux mobiles et de l'ADSL" affirme d'emblée l'équipe du média algérien.

Ayant confirmé le blocage, l'équipe de Twala dit ignorer le prétexte puisque le journal "n'en a jamais été informé". "Nous dénonçons vigoureusement cette censure arbitraire qui a touché d'autres médias algériens ces dernières années. C'est une atteinte à la liberté de la presse et à la liberté d'informer en Algérie" ajoutent les rédacteurs du communiqué.

Twala, Casbah Tribune suivent Observ'Algérie et Maghreb Emergent

De son côté, le journal en ligne Casbah Tribune, fondé par le journaliste emprisonné Khaled Drareni, a également annoncé son blocage en Algérie. Au même titre que d'autres sites comme Tariq News qui rappellent cependant à leurs lecteurs qu'ils peuvent toujours faire appel à la technologie VPN pour accéder aux sites censurés.

Ce n'est pas la première fois que les pouvoirs publics en Algérie bloquent l'accès aux journaux en ligne. Observ'Algérie fait partie des premiers sites à subir la censure, et ce, depuis plus d'une année. Il y a quelques semaines, le site du média Maghreb Emergent et celui de Radio M. ont subi le même sort.

Lire aussi : Algérie : Le journaliste El Kadi Ihsane convoqué par la gendarmerie