Une mère de trois enfants a rendu l’âme vendredi 4 décembre à l’hôpital de Tizi Ouzou, après deux semaines passées dans le coma. La femme a été sauvagement agressée par son mari le 19 novembre dernier, à Oued Falli. Selon des sources locales, elle avait reçu des coups de marteau.

Selon les mêmes sources, la mère de famille, âgée d'une trentaine d'années, a été gravement blessée au cou par son mari, à l'aide d'un marteau. Le 19 novembre dernier, le mari s’en est pris violemment à sa femme suite à une dispute au domicile du couple, sis à Oued Falli. Souffrant de graves blessures, la victime a été admise dans un état comateux au CHU de Tizi-Ouzou, en Kabylie. Après deux semaines passées dans le coma, elle a succombé à ses blessures dans la journée de vendredi.

Il importe de souligner qu’en Algérie, les violences à l’égard des femmes continuent de prendre de l’ampleur. Depuis le début de l’année 2020, plus de 48 féminicides ont été enregistrés. Un bilan qui ne concerne que les cas médiatisés.

Fin octobre, la localité de Bab Ezzouar, dans la banlieue Est de la capitale Alger, a été ébranlée par deux épouvantables féminicides. Attaquées sauvagement à la hache et au couteau, deux femmes, admises au service des urgences pour blessures graves, ont rendu l’âme quelques jours après. L’une des deux victimes, prénommée Djamila et âgée de 55 ans, n’est autre que la tante du meurtrier. La deuxième victime, Haddah, était âgée de 45 ans. Les deux femmes étaient coépouses, c’est-à-dire, mariées à un même homme.

À lire aussi :  Accusés d'abus de fonction, des employés d'Air Algérie sous les verrous

Le 14 novembre dernier, une jeune fille âgée d’une vingtaine d’années a été poignardée mortellement par un homme qui serait son petit ami. Ce féminicide a été signalé dans le chef-lieu de la commune de Aïn Smara, au sud de la ville de Constantine.

Le 30 novembre dernier, c’était une octogénaire vivant seule qui a été retrouvée assassinée à son domicile. Les forces de l’ordre ont arrêté sept suspects. Le corps sans vie de la victime a été découvert il y a quelques jours à l’intérieur du domicile où la défunte vivait seule depuis la mort de son époux. Elle a été retrouvée les mains ligotées et son corps présentait plusieurs hématomes, signes d’actes de violence.