Le procureur général près le tribunal de Draâ El Mizan a apporté, lundi 7 décembre, quelques précisions concernant les circonstances du décès du petit Yanis. Pour rappel, cet enfant de quatre ans a été retrouvé mort vendredi près de chez lui, à Aït Yahia Moussa, dans la wilaya de Tizi Ouzou. Le parquet indique que l'enquête est toujours en cours. 

Il semble que l'affaire du décès de Yanis Hassani n'a pas livré tous ses secrets. En attendant les résultats de l'enquête, le procureur général du tribunal de Draâ El Mizan, en Kabylie, a rendu public, lundi 7 décembre, un communiqué dans lequel il a révélé quelques détails sur les circonstances de la mort de l'enfant.

Ainsi, selon le parquet, le petit Yanis est mort des suites d’une pression extérieure sur les muscles profonds du côté gauche du cou, provoquant une asphyxie mécanique. La même source fait état d'une fracture au niveau de l’os C4 de la colonne vertébrale. Des blessures post-mortem ont été également constatées. Celles-ci pourraient être causées par des animaux sauvages, indique le parquet, affirmant que « l’enquête préliminaire est en cours ».

Enterré dans la douleur

Par ailleurs, la victime a été enterrée dans l'après-midi de lundi au niveau du cimetière de son village natal, Ighil Mouhou. Une foule nombreuse, venue des quatre coins de la wilaya et d'autres régions, a tenu à accompagner le petit Yanis à sa dernière demeure.

À lire aussi :  Seine-Saint-Denis : Violente bagarre entre Algériens et Égyptiens

Il faut dire que la nouvelle de son décès a endeuillé non seulement la wilaya de Tizi Ouzou, mais la Kabylie entière, voire toute l'Algérie. Âgé de 4 ans seulement, le défunt avait été porté disparu mardi 1er décembre. Après plusieurs jours de vastes recherches, qui ont mobilisé les éléments de la gendarmerie nationale, ceux de la protection civile ainsi que la population locale, le petit Yanis a été retrouvé mort dans une forêt, non loin de sa maison parentale.