Y a-t-il eu une opération d'influence de l'armée française en Algérie ? La question mérite d'être posée à la lumière des soupçons exprimés par des responsables du réseau social Facebook. Selon la société de Mark Zuckerberg, des personnes liées à l'armée française ont mené une opération d'influence dans certains pays d'Afrique, dont l'Algérie. La France ne confirme pas cette information, mais elle ne la nie pas non plus.

Selon le site de CNN, citant des sources de Facebook, ce sont la République centrafricaine (RCA) et le Mali qui sont les principales cibles de ces « personnes liées à l'armée française ». Dans une moindre mesure, ces opérations ont également ciblé l'Algérie, la Côte d'Ivoire, le Niger, le Tchad et le Burkina Faso. En somme, des anciennes colonies françaises en Afrique.

Le personnel de Facebook a souligné que le réseau social ne pouvait pas assurer que l'opération était dirigée par l'armée française elle-même. Il est seulement dit que l'opération était dirigée par « des individus associés » à l'armée française.

Campagnes de désinformation

Il s'agit de campagnes de désinformation menées par des individus qui se faisaient passer pour des citoyens des pays ciblés. Pour cela, ils créent des comptes Facebook pour tromper leur monde. La société de Mark Zuckerberg a affirmé qu'elle avait supprimé tous ces comptes.

À lire aussi :  Le Maroc profite de la faiblesse du gouvernement espagnol

Ce sont en fait des comptes soupçonnés d'être français qui publiaient principalement en français et en arabe. Des comptes qui traitaient autant de la politique de la France en Afrique francophone que de thèmes comme la situation sécuritaire dans certains pays d'Afrique, dont l'Algérie, les allégations d''ingérence de la Russie dans les élections en République centrafricaine ainsi que des commentaires favorables à la présence militaire française en Afrique et hostiles à celle de la Russie.

Le réseau social affirme avoir lié environ 100 comptes Facebook et Instagram à cette opération qu'auraient menée ces individus liés à l'armée française. Ils comptent en tout 5 000 abonnés, précise la même source. Il finira par supprimer ces comptes comme il le fait régulièrement, depuis un certain moment, à chaque fois qu'il établit un lien entre un quelconque compte à des Etats ou à d'autres entités étrangères.

La France n'a ni confirmé ni nié

Le ministère français de la Défense ne confirme pas cette information, mais ne la nie pas. Il a publié un communiqué dans lequel il commente particulièrement la situation en République centrafricaine, le pays le plus ciblé par cette opération. « Aux côtés de l'ONU et de ses partenaires européens (EUTM-RCA), la France participe activement aux efforts de la communauté internationale pour ramener la paix et la stabilité dans ce pays », indique le ministère de la Défense.

À lire aussi :  Le Maroc profite de la faiblesse du gouvernement espagnol

Le même ministère affirme qu'il étudiait les allégations soulevées par Facebook et qu'il ne pouvait pas donner un avis sur la question. « Depuis quelques longs mois, nous observons une augmentation du pouvoir de désinformation visant à déstabiliser le pays, des actes que nous condamnons », déclare encore la même institution pour se démarquer de l'opération.

Lire aussi : Libération des otages au Mali : Révélations accablantes sur l’action de la France