Le Maroc confirme son intention de normaliser ses relations avec Israël. La monarchie chérifienne va accueillir, mardi 22 décembre, le premier vol Israël-Maroc de la compagnie aérienne israélienne El Al, a rapporté l'agence de presse britannique Reuters.

En effet, c'est la compagnie israélienne El Al qui a annoncé qu'elle effectuerait son premier vol d'Israël vers la capitale marocaine, Rabat. Le vol direct transportera une délégation composée de personnalités israéliennes et américaines, selon la même source.

Ce vol constitue une nouvelle étape dans la décision des deux pays de normaliser leurs relations diplomatiques. Cette décision a été rendue public, pour rappel, par le président US Donald Trump qui a aussitôt reconnu la souveraineté du Maroc sur les territoires du Sahara Occidental.

Un trio américain parmi la délégation

Ce premier vol entre Tel Aviv et Rabat transportera Jared Kushner, gendre et conseiller du président américain. Ce dernier sera accompagné de l'envoyé spécial de Trump au Moyen-Orient, Avi Berkowitz, ainsi que le CEO de l'US International Development Finance Corporation, Adam Boehler. Le trio dépêché par le locataire partant de la Maison blanche discutera à Rabat sur le deal de normalisation atteint par Israël et le Maroc.

Pour rappel, Donald Trump a annoncé le 10 décembre 2020 la normalisation des relations entre le Maroc et Israël. Le même jour, il a annoncé sa décision de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental. Ces annonces qui semblent être sorties d'un marchandage ont provoqué une onde de choc dans plusieurs pays musulmans, y compris au sein même du royaume chérifien.

L'Algérie par la voix de son Premier ministre n'a pas manqué de réagir à cette décision de son voisin de l'ouest. Elle y voit une menace à ses frontières. "L'Algérie est visée" a asséné le Premier ministre Abdelaziz Djerad, deux jours seulement après cette annonce américaine.

"Quand ont dit aux citoyens qu’il y a des opérations à l’étranger visant la stabilité du pays, voici les preuves, quand on voit que nous sommes entourés de dangers et de guerres. Il y a une volonté de ramener l’entité israélienne et sioniste à nos frontières" a-t-il dénoncé dans le même sillage.

Lire aussi : Normalisation Maroc-Israël : Un coup dur pour la diplomatie algérienne ?