L'avocate et membre du collectif de défense de Khaled Drareni et Rachid Nekkaz, Nabila Smaïl, a alerté, ce mercredi 30 décembre, sur la détérioration de l’état de santé des deux détenus. Dans une déclaration au site d'information TSA, elle a déclaré que les deux prisonniers souffraient de malnutrition et que leur santé psychologique s'était sérieusement dégradée.

L'avocate déclare que l’état de santé de Nekkaz et Drareni, détenus à la prison de Koléa (Tipaza), est inquiétant. « Ils s’alimentent mal et sont privés du panier alors que du point de la loi, c’est leur droit », dénonce-t-elle. Elle ajoute que « Drareni juge la nourriture infecte. Il se plaint aussi du froid. Depuis trois mois, il est privé de journaux. Des livres relatifs au Code pénal, à la Constitution, pourtant disponibles au sein de la bibliothèque de la prison, lui sont refusés ».

Quant à Rachid Nekkaz, l'avocate juge son cas plus alarmant. « Pour Nekkaz, c’est une catastrophe. Il nous a raconté qu’il consulte un psychologue, qu’il est mis dans un compartiment réservé aux condamnés définitivement pour terrorisme. Or, ces derniers l’empêchent de dormir et font du vacarme toute la nuit », informe-t-elle. Elle ajoute que l’activiste politique souffre de problèmes de dentition sans qu'il soit soigné, à cause du manque de matériel à la prison.

À lire aussi :  Vers une coopération nucléaire entre le Maroc et Israël

Les avocats ont rencontré le directeur

Suite à cette situation désastreuse, le collectif des avocats est intervenu pour tenter de régler ces problèmes. « Nous étions trois avocats, indique Nabila Smaïl, à avoir rencontré le directeur de la prison, moi-même, Me Amel Si Ammour et Me Madjid Hachour. Nous l’avons mis devant ses responsabilités. Nous lui avons dit que si vous recevez des instructions, nous (collectif des avocats), agissons en fonction de ce que dit la loi, notamment lorsqu'un détenu vous saisit par écrit, vous devez répondre dans un délai de 10 jours. Or, pour Nekkaz cela fait 20 jours qu’il demande une audience et vous ne lui avez même pas répondu alors que c’est son droit ». En attendant d'autres éléments d'information, la situation des deux détenus reste alarmante.

Lire aussi : Khaled Drareni : RSF évoque un état de santé « particulièrement préoccupant »