Un ex-employé de la compagnie aérienne Air Algérie comparaîtra devant la justice pour avoir proféré de graves accusations contre trois cadres de l’entreprise. Il est poursuivi pour « diffamation » sur les réseaux sociaux après avoir accusé ces responsables de corruption.    

Selon le journal arabophone Ennahar, qui a rapporté l’information samedi 2 janvier, les trois cadres d’Air Algérie ont fait l'objet de menaces, d’injures et d’accusations de corruption de la part d’un ex-employé. Ce dernier aurait diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo tenant des propos graves contre les trois plaignants.

Les faits remontent à janvier 2019, lorsque l'accusé, qui avait occupé plusieurs postes à l'aéroport international d’Alger, s'est vu refuser une demande de prêt par la Commission des finances. Furieux, il crée un compte Facebook pour déverser sa colère contre des responsables de la compagnie.

L’ex-employé a notamment accusé ses victimes d'avoir falsifié 4 000 formulaires au nom des travailleurs de l'entreprise pour soutenir l'ancien candidat à la présidentielle de 2019, Abdelaziz Bouteflika.

Pour rappel, en septembre dernier, le tribunal de Dar El Beïda d’Alger avait ouvert une information judiciaire contre Fatima Zahra Machlouf, employée à l’aéroport international d’Alger. Cette dernière est poursuivie par la Société de gestion des services et infrastructures aéroportuaires pour « déclarations diffamatoires ».

À lire aussi :  France : une famille algérienne avec 4 enfants expulsée vers l'Espagne

L'employée lanceuse d’alerte est devenue célèbre après la vidéo « en direct » qu’elle avait partagée sur les réseaux sociaux, pour dénoncer les « graves transgressions » dans l’institution algérienne de gestion de l’aéroport. Elle a été poursuivie en justice pour diffamation et écartée de son travail pendant plus d’une année. Cette nouvelle affaire dans laquelle elle est poursuivie concerne une autre vidéo qu’elle avait diffusée pour parler de la corruption dans la gestion de l’infrastructure aéroportuaire.