Deux Tunisiennes ont réussi à traverser la frontière algéro-tunisienne avant d'être arrêtées par les forces de sécurité. Les deux femmes, qui se sont introduites de manière irrégulière sur le territoire algérien, ont été appréhendées dans la journée de jeudi 14 janvier à Tébessa, dans le nord-est du pays.

Selon le journal arabophone Ennahar, qui a rapporté l'information, l'une des deux femmes ferait partie du corps militaire tunisien. Les raisons de leur arrivée en Algérie demeurent inconnues. C'est ce que tenteront de savoir les services de sécurité qui ont enclenché une enquête dans ce sens.

Il faut dire que ce n'est pas la première fois que des Tunisiens réussissent ou tentent de pénétrer sur le sol Algérie. Les gardes-frontières algériens en ont arrêté ou refoulé des dizaines en cette crise sanitaire. La plupart de ces Tunisiens sont originaires de Kasserine, dans le centre-ouest de la Tunisie. C'est aussi la région des deux femmes arrêtées jeudi à Tébessa. Ces Tunisiens fuient généralement les conditions de vie difficiles et la misère qui règnent dans leur région. Cependant, il n'est pas dit que les deux femmes ont quitté la Tunisie pour ces raisons sociales.

Ont-elles fui la misère ?

Pour rappel, le 27 novembre dernier, des dizaines de ressortissants tunisiens de Kasserine ont été refoulés au niveau des frontières algériennes, après avoir tenté de forcer le passage frontalier. Depuis cet incident, les gardes-frontières algériens ont redoublé de vigilance le long de la bande frontalière entre l’Algérie et la Tunisie, afin de contrer d’autres tentatives d’entrées sur le sol algérien.

Il est à noter que la population de cette région s’est, à maintes reprises, révoltée contre les conditions de vie difficiles auxquelles elle fait face. La région est réputée pour être un des fiefs de la contestation en Tunisie. En 2011, lors des événements de la « révolution de Jasmin », elle a été en première ligne des manifestations qui ont ébranlé le pays plusieurs mois durant.