Quelques jours après son acquittement par la Cour militaire de Blida, le général-major à la retraite Bachir Tartag, ancien patron des services de renseignement, est mis en cause dans une nouvelle affaire. Selon le journal arabophone Echorouk de ce 20 janvier, le juge du tribunal militaire de Blida accuse Bachir Tartag d'enfreindre la réglementation dans l'affaire des enfants de Djamel Ould Abbes. 

Le juge du tribunal de la première région militaire accuse Bachir Tartag d'avoir dissimulé des informations concernant les enfants de l'ancien ministre de la Solidarité, Djamel Ould Abbes. L'ancien Directeur des renseignements et de la sécurité en Algérie (DRS) aurait enfreint la réglementation lors de la perquisition effectuée au domicile de l'ancien patron du FLN. Les services du général à la retraite ont saisi, lors de cette opération, 4 milliards et 200 millions de centimes  ainsi que 200 000 euros. Cet argent n'a pas été remis aux services concernés, selon la réglementation. Il a été remis à Iskandar Ould Abbes après sa libération.

Affaire de la « vente » de sièges sur les listes électorales

Cette affaire, qui s'est déroulée en 2017, a été déterrée après les révélations de l'ancien député Baha Eddine Tliba sur la « vente » de sièges sur les listes du FLN. L'ex-député de Annaba a affirmé devant la justice qu'il avait donné l'alerte sur ces actes et avait informé Bachir Bartag, alors patron des services de renseignement, sur les agissements des enfants de Djamel Ould Abbes.

À lire aussi :  Vers une coopération nucléaire entre le Maroc et Israël

Il faut rappeler que le tribunal militaire de Blida a acquitté, au début de ce mois de janvier, les deux anciens patrons des services de renseignement – le général de corps d’armée à la retraite Mohamed Mediene, dit Toufik, et le général-major à la retraite Bachir Tartag –, ainsi que Saïd Bouteflika, frère conseiller du Président déchu, et Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs. Les quatre prévenus étaient accusés de « complot contre l’autorité de l’Etat et de l’armée ».

Lire aussi : Baha Eddine Tliba dénonce les enfants de Gaïd Salah devant la justice