La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a fustigé la politique économique du gouvernement. Intervenant, mardi 19 janvier, en marge de la réunion du secrétariat de son parti, Louisa Hanoune a estimé que les orientations socioéconomiques du gouvernement étaient « antisociales ».

Revenant sur le Hirak, Louisa Hanoune a rappelé que ce mouvement « ne concerne pas uniquement le volet politique », mais « vise également un changement économique et social ». Fidèle à sa politique anticapitaliste, la secrétaire générale du PT a considéré que malgré le soulèvement populaire de février 2019, « les choses n’ont pas changé » en Algérie.

Elle a dressé un bilan de l'action gouvernementale et indiqué que « le pouvoir actuel, à travers son gouvernement, a donné la preuve qu’il s’en tient toujours aux mêmes pratiques ». Louisa Hanoune reste catégorique : « Ce pouvoir se fait hara-kiri », lance-t-elle, affirmant que « la même politique de prédation continue (…) » et « les lois de finances consacrent le maintien de la politique prédatrice »

« Le confinement a d'autres objectifs autres que sanitaires »

Par ailleurs, Louisa Hanoune considère que le confinement décidé par le gouvernement « a d’autres objectifs » autres que « la préservation de la santé publique ». Elle a souligné que « le confinement est un lourd fardeau qui a mis des pans entiers de la société à genoux ». Louisa Hanoune a accusé les décideurs « de vouloir user de la crise sanitaire » pour « mettre au pas la société, les libertés et casser l’économie », révélant que « plus de 6 millions de postes d’emploi ont été touchés ».

À lire aussi :  Affaire Pegasus : L'Espagne et le Maroc ont-ils enterré la hache de guerre ?

La SG du PT a également dénoncé ce qu'elle appelle « la paupérisation de la couche moyenne » et rappelle que c'est « aux États d’assumer leur responsabilité, comme préconisé par les spécialistes et les experts ». Enfin, elle a qualifié de « rouleau compresseur » les décisions des autorités de reconduire le confinement qui a gelé toutes les activités, y compris culturelles et sportives.

Lire aussi : Complot contre l’État : Toufik, Saïd Bouteflika, Bachir Tartag et Hanoune acquittés