L'Algérie serait la cible de nombreuses attaques médiatiques de la part du Maroc, d'Israël et de la France. C'est en tous les cas ce qu'a affirmé le ministre algérien de la Communication et porte-parole du gouvernement Ammar Belhimer qui estime qu' « un stratagème étranger » a été mis en place par les trois pays, et ce, afin de « nuire à l'Algérie ».

Dans un entretien accordé au média arabophone en ligne Sabq Press, le ministre algérien Ammar Belhimer est revenu sur le blocage récent par Facebook de certaines pages diffusant de fausses informations sur l'Algérie. Il a noté à ce propos que cette affaire « confirme la validité et l'authenticité des informations que l'État possède et qu’il partage avec les citoyens afin de les sensibiliser aux réels dangers auxquels l'Algérie est confrontée ». Le ministre de la Communication a ajouté que cette campagne s'inscrivait « dans le cadre d'un stratagème étranger étroitement contrôlé aux plus hauts niveaux, et ayant pour principal but de « nuire à l'Algérie».

Poursuivant dans le même sens, le responsable algérien a insisté sur « l'implication des partis français, du renseignement de l'entité sioniste ( Israël ) et du Makhzen ( le Maroc ) dans la mise en œuvre de ce schéma méprisable » qui constitue « un motif de vigilance accrue et de renforcement du front interne et d’une mobilisation pour protéger notre patrie de tout malheur, quelle que soit sa nature, sa source et sa taille ».

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Par ailleurs, le porte-parole du gouvernement algérien a indiqué que l'Algérie « était et est toujours visée dans sa sécurité, son unité et sa stabilité, pour un certain nombre de raisons ». Et de citer le « refus » de l’Algérie de «toute tutelle» et ses « décisions souveraines et ses positions de principe en faveur de la légitimité internationale ainsi que la lutte contre le terrorisme ».

Il convient de rappeler qu'en plus des journaux électroniques marocains, plusieurs médias algériens en ligne subissent depuis plusieurs semaines une nouvelle vague de censure en Algérie. Observ’Algérie fait partie des premiers sites à subir la censure, et ce, depuis plus d’une année pour des raisons qui restent inexpliquées.