La ville de Bondy rendra, demain mercredi 3 mars, un vibrant hommage à Aymen Gaïd, cet adolescent d'origine algérienne tué par balle vendredi. C'est ce qu'a annoncé le maire local au cours d'une conférence de presse, rapporte le journal français Le Parisien.

Au menu, recueillement et dépôt d'une gerbe de fleurs devant l'espace Mandela, où Aymen a rendu l'âme. Une marche blanche est également prévue à partir de 16 heures « pour dire stop à la violence », selon la même source. Plusieurs personnes sont attendues pour prendre part à cette cérémonie à la mémoire de l'adolescent, tant le drame a fortement secoué et bouleversé la ville de Bondy et ses environs. Selon la presse française, la région est toujours sous le choc, trois jours après la tragédie.

Le maire a estimé, d'ailleurs, lors de son point de presse animé lundi, qu'il s'agit d'« un acte horrible, mais un acte isolé qui n'entache pas l'image de la ville. Les Bondynois, a-t-il enchaîné, ont fait preuve d'une très grande solidarité et d'une très grande générosité ». L'édile a également informé que la ville avait décidé de se constituer partie civile dans cette affaire. « Nous serons partie civile, car la victime est décédée dans un bâtiment de la commune », a-t-il indiqué.

À lire aussi :  Un homme armé d'un sabre interpellé près d'une mosquée

Enterrement en Algérie

Rappelons que l'adolescent, âgé de 15 ans, a été tué par balle vendredi 26 février en fin d’après-midi. Il avait reçu une balle mortelle en pleine poitrine, alors qu’il se trouvait devant une maison de jeunes à Bondy (Seine-Saint-Denis). Deux frères, âgés de 17 et 27 ans, ont été arrêtés dans le cadre de l'enquête. Ils ont été mis en examen puis écroués.

Le malheureux, qui était un champion en Taekwondo, était issu d’un village de la commune de Ouled Addouane, dans la wilaya de Sétif. Il sera enterré dans son village natal, en Algérie, indiquent des sources concordantes.