Bloqués depuis un mois au niveau de l'aéroport de Paris, en France, 27 ressortissants algériens attendent toujours une issue à leur calvaire. Récemment, les passagers concernés ont décidé de porter l'affaire devant la justice française pour dénoncer la mauvaise prise en charge de leur cas par la compagnie nationale Air Algérie. Une affaire examinée, vendredi 26 mars, par le tribunal de Bobigny, à Paris.

L'affaire des 27 Algériens bloqués depuis un mois à l’aéroport de Roissy, à Paris, continue de susciter la polémique. Alors qu'ils voulaient rentrer en Algérie, les voyageurs algériens venus de Grande-Bretagne ont été empêchés d’embarquer à bord des derniers vols de rapatriement de la compagnie nationale Air Algérie. En réaction, ils ont décidé d’attaquer le transporteur aérien en justice. Pour ce faire, les voyageurs se sont attaché les services d’un avocat français.

C'est dans la journée de vendredi 26 mars qu'a été examinée ladite affaire au cours d’une audience qui s’est tenue au tribunal de Bobigny. Selon le quotidien francophone Liberté, l'avocat des passagers algériens, en l'occurrence Me Albert André, a demandé une solution urgente à ses clients. Il demande que ces derniers soient hébergés en attendant la décision finale de la justice française, qui sera connue lundi 29 mars prochain.

La compagnie Air Algérie pointée du doigt

Par ailleurs, lors de son intervention devant le tribunal, Me Albert André a plaidé pour la condamnation de la compagnie aérienne Air Algérie pour « non-respect des obligations contractuelles ». Selon lui, « Air Algérie avait l’obligation d’acheminer ses clients vers leur destination finale, peu importent les raisons, y compris sanitaires. Au cas où cela ne serait pas vraiment possible, elle devait les indemniser, c’est-à-dire rembourser la totalité de leurs billets d’avion, Londres-Paris et Paris - Alger et régler leurs frais d’hôtel une fois retournés à Londres où la quarantaine est obligatoire », a expliqué l'avocat au quotidien algérien.

Me Albert André a également réagi au communiqué de l’Ambassade d’Algérie en France qui avait indiqué, le 18 mars dernier, que « les personnes concernées au nombre de 27 (dont des enfants) ont été saisies individuellement par l’agence d’Air Algérie à Londres, les informant de l’annulation de leur billet d’avion Paris – Alger » et « ce suite à la détection en Algérie, le 25 février 2021, de cas du variant anglais de la Covid-19 ». En effet, l'avocat a indiqué que « 140 autres passagers algériens, qui devaient voyager de Londres à Alger en transitant par Paris, ont été effectivement informés à l’avance de l’annulation de leur vol vers l’Algérie ». Il souligne, néanmoins, que cela n'a pas été le cas pour « les 27 qui se trouvent actuellement à Roissy ».

Lire aussi : Algériens bloqués à Paris : L’affaire prend de plus en plus d’ampleur