Avec la crise sanitaire, les démarches de demande de titre de séjour en France sont de plus en plus difficiles. Des demandeurs attendent parfois plus d’un an pour obtenir un rendez-vous. C'est le cas d'un ressortissant algérien resté sans réponse depuis plus d'une année, après quatre demandes introduites à la préfecture du Gard Nîmes. 

C’est le parcours du combattant que mène un ressortissant algérien, établi en France avec sa femme. Selon le journal France Bleu, Sarah, âgée de 42 ans, et son mari, de nationalité algérienne, sont plongés dans la détresse. En cause, le mari est resté sans réponse de la préfecture après quatre demandes de titres de séjour qu’il a déposées depuis plus d’une année. « Le 10 mars, le 18 juin, un troisième en octobre et là j'en ai fait un quatrième il y a trois semaines. Je n'ai reçu aucune réponse pour le moment. Rien du tout », regrette Sarah, qui effectue les démarches pour son mari.

Habituellement, la préfecture rend une réponse après quatre mois maximum. Mais avec sa fermeture lors du premier confinement, et la crise sanitaire qui ralentit les procédures, Sarah et son mari attendent toujours. Entre-temps, le mari ne peut pas construire sa vie en France. « Il ne peut pas conduire, il ne peut pas travailler, il ne peut rien faire. Il n'y a pas si longtemps, le médecin a même refusé de le soigner », confie Sarah.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

En effet, pour les démarches concernant les étrangers, il n’y a pas assez de rendez-vous, ce qui fait que certains demandeurs attendent des mois, et parfois plus d’un an pour pouvoir déposer leur demande. La crise sanitaire a encore amplifié le problème, avec la fermeture des guichets pendant le premier confinement et la prolongation des titres de séjour.

La dématérialisation des procédures et la réduction des accueils en préfecture à cause du contexte sanitaire compliquent grandement les démarches des étrangers.

Lire aussi : Demandes de titre de séjour en France : La dématérialisation jugée illégale par un tribunal