Arrêtés samedi 3 avril lors d'une tentative de marche à Alger, 24 manifestants ont été placés, ce lundi 5 avril, sous mandat de dépôt. C'est ce que rapporte le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) dans deux communiqués rendus publics sur Facebook. 

Dix d'entre eux ont été placés sous mandat de dépôt par le tribunal de Baïnem, précise la même source. « Toutes les personnes arrêtées samedi 3 avril et présentées aujourd'hui, le 5 avril 2021, devant le procureur et juge d'instruction du tribunal de Baïnem sont placées sous mandat de dépôt. Seul Mohamed Amine Bedar (mineur) est relâché », détaille le Comité dans son premier communiqué.

Les quatorze autres manifestants ont, quant à eux, comparu devant le tribunal de Sidi M'hamed avant de connaître le même sort. Ces manifestants sont poursuivis pour « atteinte à l'unité nationale, attroupement non armé et incitation à attroupement non armé », souligne le CNLD.

Deux ans de prison ferme requis contre Fodil Boumala

Il est à noter, par ailleurs, que le parquet a requis 2 ans de prison ferme, assortie d'une amende de 100 000 DA, à l'encontre du militant Fodil Boumala. Il s'agit de la deuxième affaire dans laquelle il est cité, suite à son arrestation le 14 juin 2020, précise le CNLD. Le procès en appel s'est déroulé au niveau du tribunal de Ruisseau, à Alger, lundi 5 avril 2021, ajoute la même source.