Le parquet général près le tribunal de Tipaza a requis, dimanche 4 avril, des peines allant de 2 à 10 ans de prison ferme à l’encontre de Kamel Chikhi, dit « El Boucher », accusé dans une affaire de corruption en compagnie de quatre complices. Il s’agit notamment d'A. H. (notaire), du chef du service chargé de l'enregistrement aux impôts, et d'A. B. A. (inspectrice centrale et cheffe de bureau au niveau du même service).

Kamel Chikhi, dit « El Boucher »,  qui avait fait l’objet d’un mandat de dépôt émis à son encontre par le juge d’instruction près le tribunal de Tipaza, le 15 octobre dernier, est poursuivi pour « octroi d’indus avantages ». Le jugement a été reporté cinq fois de suite, à la demande de la défense, depuis la première audience (17 janvier dernier).

Dans le cadre de cette affaire, un notaire de la ville de Tipaza est poursuivi pour « réduction d’impôts et de taxes sans autorisation » et « abus de fonction ». Deux autres accusés sont poursuivis pour « abus de fonction »  et « obtention d’intérêts de façon illégale ». Il s’agit du chef du service chargé de l'enregistrement aux impôts et de l’inspectrice centrale et cheffe de bureau au niveau du même service.

À lire aussi :  Le Maroc a humilié l'Espagne, selon un ancien premier ministre espagnol

Le représentant du parquet a indiqué que les faits et les éléments du délit étaient établis. Il a requis une peine de 10 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi, assortie d’une amende d'un million de DA. Il a, aussi, requis une peine de sept ans de prison ferme à l’encontre du notaire (A. H.), assortie d’une amende d'un million de DA.

Deux autres peines de cinq ans de prison ferme, assortie d’une amende de 500 000 DA, et deux ans de prison ferme assortie d’une amende de 200 000 DA, ont été requises contre respectivement Ch. A., chef du service chargé de l'enregistrement aux impôts, et A. B. A., inspectrice centrale et cheffe de bureau au niveau du même service.

Lire aussi :  Algérie : Le fils du président Tebboune acquitté dans l’affaire « El Bouchi »