Le secteur aérien est impacté très négativement par la crise de Covid-19 avec des baisses de chiffres d’affaires de l’ordre de 50 à 80 % en 2020 par rapport à 2019. Les conséquences durables de la crise dessinent de nouvelles tendances pour le transport aérien et les voyageurs.

Selon l’Association internationale du transport aérien (IATA), le trafic mondial de passagers transportés par les compagnies aériennes s’est effondré de -66 % en 2020 par rapport à 2019, en raison de la crise sanitaire. Logiquement, le trafic domestique montre une meilleure résistance (-48,8 %) que le trafic international (-75,6 %).

En matière de transport aérien, les pratiques des usagers sont intimement liées à l’évolution de la crise ressentie. Ce bouleversement majeur redessine les tendances attendues en 2021.

La tendance « bleisure »

Face à l’impossibilité de se projeter pour des séjours touristiques, certains usagers optent aujourd'hui pour un mode de travail qui leur permet de continuer leur activité tout en voyageant dans le monde.

Cette pratique, de plus en plus courante, porte un nom : le bleisure. Contraction de « business » (affaires) et « leisure » (loisir). Ce néologisme désigne le fait de prolonger son voyage d’affaires pour rester quelque temps et profiter de la destination, ou de s’installer dans un pays étranger plusieurs mois tout en continuant à travailler pour son entreprise.

Travailler depuis un lieu de vacances est donc aujourd’hui un rêve accessible pour les personnes qui peuvent se le permettre. Avec les nouvelles restrictions sanitaires au sein des entreprises, le télétravail s'intensifie et devient peu à peu la nouvelle norme..

Le jet électrique

Le transport aérien fait de la durabilité une priorité dans ses budgets de recherche et développement. Certaines compagnies créent des dispositifs pour compenser l'empreinte carbone émise par leurs appareils. D’autres professionnels du transport de passagers agissent en reversant une partie des sommes gagnées dans des programmes écologiques.

Mais l’avancée la plus spectaculaire est sans doute celle du jet électrique. Plusieurs entreprises explorent ce nouveau marché pour construire des avions privés plus responsables. D’autres essais sont en cours, avec notamment le très attendu jet futuriste Alice de la société Eviation, qui pourra transporter jusqu’à 9 passagers et parcourir 1 045 km en autonomie électrique.

L'aviation d'affaires

L’aviation d’affaires est une branche du secteur aérien qui poursuit aujourd’hui une belle dynamique. Alors qu’elle ne représentait que 6 à 7 % du trafic aérien mondial, elle connaît aujourd’hui une hausse magistrale qui atteint 17% du trafic. Dans le secteur aérien, l'aviation d’affaires, avec son système de location de jet privé, semble mieux se remettre de la crise que l’aviation civile.

Face aux fréquentes annulations de vols sur les lignes commerciales, l’aviation privée a su tirer de nouvelles opportunités. Le transport de passagers peut s’effectuer à bord d’un jet privé, sous réserve de disposer d’un Certificat de transporteur aérien (CTA) valable. Cette hausse semble due, d’une part, à une meilleure garantie sanitaire et à la grande flexibilité qu’offre ce type de transport aérien.

Le fret aérien en plein essor

La navigation aérienne internationale est aussi aujourd’hui portée par le fret aérien. En effet, le transport aérien de marchandises connaît un essor considérable depuis la crise du Covid.

Les vaccins, qui voyagent via un transporteur aérien pour des questions de rapidité, font notamment partie des denrées prises en charge par le fret. Ces transporteurs assurent aussi l’acheminement du matériel d’hygiène.