Suite et fin du feuilleton des ressortissants algériens résidant en Grande-Bretagne et bloqués depuis le 26 février en zone internationale de l’aéroport de Paris Roissy-Charles-de-Gaulle. Ils ont fini, pour la plupart, par quitter les lieux et de rentrer à Londres.

Six personnes seulement parmi ces voyageurs ont décidé de rester encore à l'aéroport parisien. Parmi elles, un ressortissant qui a tout vendu en Grande Bretagne et qui a décidé de rentrer définitivement en Algérie, un sans-papier et une détentrice d'un visa britannique. C'est ce qu'a précisé un des avocats de ces ressortissants, Alexandre André cité par le journal Liberté qui a rapporté l'information ce mercredi 14 avril 2021.

Selon la même source, les autres ont décidé de mettre fin à leur calvaire en rentrant chez eux en Grande Bretagne. La décision a été prise, mardi 13 avril, soit au premier jours du mois de carême. C'est peut-être l'avènement du mois sacré qui a poussé ces passagers à renter chez eux après un long bras de fer avec les autorités algériennes notamment. Il faut dire que cette affaire n'a que trop duré. Les deux antagonistes, à savoir ces ressortissants au nombre de 27 et les autorités algériennes campaient sur leurs positions respectives depuis plus d'un mois.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Un calvaire de plus d'un mois

Des politiques français et algériens se sont également mêlés à l'affaire sans pour autant parvenir à trouver une solution. Les passagers sont allés jusqu'à intenter une action en justice contre la compagnie aérienne Air Algérie qu'ils accusent d'être derrière leur malheur. Les plaignants ont été cependant boudés et Air Algérie a fini par avoir gain de cause.

Malgré ce "camouflet", ces ressortissants ont maintenu le cap et ont poursuivi "leur combat". Ils voulaient en fait rentrer en Algérie. Ce que refusaient les autorités algériennes qui les ont invités, à maintes reprises, à regagner leurs domiciles en Grande Bretagne. Chose désormais faite.

Lire aussi Affaire des Algériens bloqués à Paris : Air Algérie a eu gain de cause